degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

vendredi 1 mai 2015

BILLET D'HUMEUR : CONSOMMER DU TEXTILE EST CE BIEN RAISONNABLE?

Consommer des produits textiles est-ce bien raisonnable? Selon les définitions suivantes  je n'en suis pas certaine !
Consommateur : personne qui achète des produits consommables.
Consommable : un bien qui, utilisé, devient inutilisable. 
Consomptible : s'applique à des produits dont on ne peut se servir sans les détruire. Il fut un temps où les produits alimentaires étaient des produits consomptibles, aujourd'hui ce sont nos vêtements qui le deviennent. L'usure prématurée des articles industriels est prévue dès leur fabrication c'est ce qu'on appelle joliment l'obsolescence programmée.


A CHAQUE MOT... SON STYLE.  
Fringues, hardes, accoutrement, affaires, frusques, costume, complet, tenue, ensemble, guenilles, atours… Pour tous les goûts, pour toutes les occasions, pour les uns et les autres, mais attention,  l'habit fait souvent le moine, parce qu'il est plus aisé de juger sur le visible. 


 FRINGUES
 vêtements  destinés à être consommés rapidement. Articles de qualité médiocre qui se détruisent au fur et à mesure de leur utilisation. Comme le carrosse de Cendrillon qui se transforme en citrouille après minuit, fringues ou frusques ne durent que le temps de quelques lavages, parfois moins. Ce mot est utilisé dans le langage familier avec une notion péjorative pour désigner des vêtements ordinaires, de peu de valeur, des articles pour une mode éphémère. Le verbe se fringuer équivaut à bouffer. On mange pour vivre, on se fringue par pudeur, le plaisir n'est pas de mise pour cette mise.  


Les articles textiles sont devenus des fast wear. On achète, on porte, on jette. La qualité, la matière, les finitions ? Ce sont des concepts démodés. Au premier lavage, la couleur s'affadie, au second le produit est consommé. Ce matin dans le bus, une grand mère conversait avec une jeune femme, sa petite fille probablement. Leur conversation tournant autour de la mode je tendis l'oreille. Je fus stupéfaite de la suite du dialogue. La jeune femme insistait sur la qualité d'une robe mais sa grand mère lui rétorqua avec une franchise imparable : je ne veux pas acheter une robe pour la porter vingt ans alors la qualité je m'en fou, c'est le prix qui m'importe ! Plus vrai que nature, c'est un état d'esprit qui me désole. 

Se fringuer est à l'opposé de l'éloge de la lenteur que l'on retrouve dans le slow wear et de le slow food. 
Nous avons à notre disposition nos mains, nos yeux, un cerveau et une carte de crédit utilisons-les à bon escient.

HABITS : du latin habitus, manière d'être. Il y a derrière ce mot plus qu'un morceau de tissu. C'est avec une certaine conscience vestimentaire que l'on revêt l'habit.
Il faut différencier l'habit qui est un ensemble vestimentaire codifié : l'habit de soirée, l'habit du dimanche... et les habits qui sont des effets personnels.

COSTUMES  : manière de se vêtir, souvent porteur de symbole.  


"Académicien ? Non le costume coûte trop cher. J'attendrai qu'il en meure un de ma taille". Tristan Bernard.


"Et vous qu'en pensez  vous? Il semble que ce soit le terme "consommateur" qui ne soit pas le plus approprié en ce qui concerne la personne qui voudrait acheter des articles textiles de qualité.

LE VETEMENT : UN PRODUIT TROP ANONYME
La banalisation d'un achat, la standardisation des produits, la mécanisation de la fabrication, la multiplication des marchandises, l'uniformisation de l'offre, la qualité qui passe au second plan derrière le prix, tous ces points  négatifs constituent le revers de la médaille d'une société de consommation. En ce qui concerne le tissu ou les vêtements, la quasi totalité des articles sont manufacturés et le tissu artisanal est une exception. 

ACHAT EN LIGNE : SENS INTERDIT
Je reproche au shopping virtuel d'être abstrait, une photo et un prix sur un site suffisent à séduire le client. Mais c'est aussi dans une certaine manière supprimer le plaisir de l'achat. On ne touche plus le tissu ; dans le meilleur des cas on l'imagine. Acheter sans les sens c'est dénué de sens ! J'aime sentir le frôlement l'étoffe sur la peau, voir la réaction du tissu en le froissant, j'aime le tissu alors oui j'achète aussi avec mes sens. 


MA PREFERENCE A MOI
Acheteur, client, chaland sont des termes plus valorisant que consommateur. Ce mot cousine avec société de consommation et c'est justement ce qui me chagrine. La modération n'est pas dans les gênes de l'industrialisation. Acheter sans besoin, sans désir, sans plaisir, des produits sans intérêt c'est comme manger sans avoir faim.  

FAST OR LOW 
Prendre son temps, oui prendre du temps pour acheter, essayer, réfléchir. Le temps c'est un luxe, mais un achat raté, une erreur de casting, c'est du gâchis. 
Il ne faut pas confondre précipitation et spontanéité, le premier est un acte bâclé, irréfléchi, il est négatif alors que le second est un acte rapide mais emprunt de sincérité ; il est positif. 


ACHETER EN PLEINE CONSCIENCE
Acheter devrait devenir un acte réfléchi afin d'éviter le gaspillage. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire