degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

jeudi 26 avril 2012

Jodhpur, un pantalon de légende

Le souvenir de mon arrivée à à Jaïpur, de grandes frayeurs m'attendaient : traverser la rue fut un parcours du combattant :  les grandes artères envahies par les vaches sacrées


et lorsqu'enfin les voitures me laissaient quelques secondes pour traverser et admirer le palais des vents, c'était pour me retrouver en face d'un éléphant à qui son cornac laissait toute liberté pour  effrayer les touristes.  Quant à Udaïpur j'avais imaginé ce palais flottant sur le lac, mais jamais je n'aurais rêvé d'y dormir, et pourtant ce fut le cas. Nuit magique un bateau de marbre, des jardins suspendus, les clapotis de l'eau sous la fenêtre, et les reflets des éclairages électriques qui se mélangent avec la lumières des étoiles dans une eau sombre mais calme. Mais en ce qui me troubla le plus ce fut de me trouver à Jodhpur, parce que ce nom m'était familier sans   avoir le moins du monde une idée de ce que fut cette ville. Un nom cela ne suffit pas à transmettre une émotion. Et pourtant ce fut une quasi déception peut être une des seules de ce voyage fantastique, mais une déception toute relative car très peu de Jodhpur  à l'horizon,

 les femmes étaient belles drapées dans leur saris, et les hommes arboraient fièrement des turbans hauts en couleurs. J'avais fait des plans sur la comète, je voulais voir cette ville mythique comme je la pensais, mais j'ai découvert autre chose  une vraie ville, et là l'émotion fut difficile à contenir, j'avais en face de moi  un univers qui ne demandait qu'à montrer ses trésors à ceux qui se donnaient la peine de les chercher  ;  ce joyau  de l'architecture rajpute ,  Jodhpur la bleue,

Jodhpur la bleue
 

Le palais Umaid Bhawan  transformé en hotel
palais construit par Umaid Sing



Le luxe d'antan
Le salon des souvenirs
Des façades délabrées mais une athmosphère à nulle autre pareille

 Enfin et pour toujours Jodhpur sort de l'incognito et je fais le différence entre réalité et légende.  Parce que c'est à une légende ou plutôt à un quiproquo que   cette ville du Radjasthan doit cette  cette notoriété. Mais quel est le secret de cette célébrité mondiale? Ce ne sont pas ces magnificences d'un autre siècle qui ont fait la gloire de cette cité. Bien cachée au plus profond des maisons bleues en ruines on  décèle une beauté intérieure,  de la richesse des commerçants il ne reste que le souvenir et quelques façades en pierre travaillée comme une dentelle. Les ruelles bordées de façades, décrépies   ce sont les bribes d'une autre vie. Souvenir d'un des dernier  Maharadjah, un palais -hôtel ? En fait si ce nom est connu dans le monde entier c'est pour un  "pantalon" qui depuis la fin du XIXe siècle n'a cessé d'exister, tantôt à la mode, tantôt jugé ringard, mais  qui  perdure dans les pages glacées des magazines de modes et dans notre vocabulaire.  Le jodhpur  pantalon fonctionnel, pratique, confortable et intemporel voilà pourquoi Jodhpur  est sans conteste  l'élément par lequel le succès est arrivé ici...

Mais d'où vient il donc ce pantalon? Du plus profond des Indes, ce vêtement c'est transformé petit à petit, il s'est adapté à un mode de vie différent selon les continents et les époques.

Au début il y eu le breeches. Sorte de pyjama unisexe, ample sur les hanches et serré sur les jambes,  porté sous une longue chemise c'était le costume traditionnel à la cour moghole. A la fin du XIXe sicle  le Maradjah de Jodjuhr Pratap Sing  qui passait beaucoup de temps à cheval demanda à son tailleur de  trouver un moyen d'améliorer le confort et la durée de vie  de ces breeches. C'est ainsi qu'un empiècement de tissu fut cousu  de l'entre-jambe aux genoux afin de renforcer cette partie qui était en  contact avec le cheval. Du genoux à la cheville le pantalon était toujours serré afin d'éviter les plis dans les bottes.
Et le maharadja fut ravi de cette modification et il fit fabriquer tous ses breeches avec cette modification. L. Au début du XXe siècle, la ville comptait un grand nombre  de terrains de polo, et tous les joueurs de jodhpur adpotèrent cette modification du vêtement traditionnel.
C'est maintenant que nous entrons dans la légende. Une histoire qui pourrait être véridique, enfin qui mériterait de l'être car elle donne de l'étoffe à ce qui aurait pu rester un simple pantalon de sport.
C'est à l'occasion de son invitation  à Londres pour les célébrations du Jubilé de la reine Victoria que  le Maharadjah de Jodhpur  Pratap Sing baptisa involontairement ce pantalon.
 Le bateau qui transportait les malles de Pratap Sing vers Londres sombra,  et bien sûr les vêtements et bijoux avec. Afin de faire bonne figure  lors de la réception royale, il se rendit  à Savile row chez un tailleur digne de ce nom afin de faire dupliquer les vêtements qu'il portait. Lorsqu'un employé intrigué par la forme inhabituelle du vêtement lui demanda le nom de ce curieux pantalon, le Maharadjah cru qu'on lui demandait d'où il venait et il répondit Jodhpur. Et voilà! Le sors d en était jeté...Le jodhpur fit son entrée dans la légende de la mode par la grande porte  de Buckingham  palace.
Ce pantalon, fut par la suite adopté par l'armée britannique stationnée aux Indes. Mais son aventure ne  s'arrête pas là. Les occidentaux qui vivaient aux Indes, des britanniques majoritairement, se prirent d'amour pour le polo et bien sûr adoptèrent la tenue locale : jodhpur, bottes, et  polo....Lorsqu'ils rentrèrent en Europe,  ils firent du polo un sport quasi national et bien sûr l'un n'allant pas sans l'autre,  les britanniques, à cheval sur l'étiquette, imposèrent la tenue de polo rapportée de Jopdhur.  Des terrains de sport à la ville il fallut du temps et des "people" pour véhiculer ce jodhpur jusqu'au podiums des défilés de mode.
Rendons à César ce qui appartient à Gabrielle Chanel. Elle aimait détourner la mode masculine et ce fut un emprunt de plus à la garde robe de son ami Balsan. Elle n'appréciait guère la tenue féminine autorisée pour monter à cheval en amazone, alors pourquoi ne pas demander à un tailleur de copier ce modèle de pantalon qu' Etienne Balsan portait pour jouer au polo. Ainsi dit, aussitôt fait et l'on vit mademoiselle Chanel pas encore Coco, monter à cheval dans les environs de Royallieu en jodhpur.
Depuis on tourne et on détourne le jodhpur, il se  porte  plus ou moins ample sur les hanches,  

en coton avec boutons

en velours cotelé avec zip


ou  boutons au niveau des chevilles,  avec des bottes ou des ballerine,  l'hiver ou l'été, en ville ou à la campagne,  en coton ou en laine ... Il trouve sa place partout, c'est devenu un classique.

Voici  en quelques lignes le joli parcours  d'un vêtement qui eu sans doute une fée qui se pencha sur la machine à coudre d'un tailleur indien à la fin du XIXe siècle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire