degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

samedi 21 octobre 2017

BAYADERE : UNE ETYMOLOGIE QUI INVITE AU VOYAGE

L'étymologie de bayadère  réserve quelques surprises. Curieusement je remarque qu'un petit mot sans trop d'importance, trop souvent utilisé à tord  peut nous entraîner  dans des univers aussi différents que la culture, la religion, la technique et la politique

N'EST PAS BAYADERE QUI VEUX
Le terme bayadère a aujourd'hui perdu de son prestige,  il est devenu un nom générique au point de désigner des tissus comportant de larges rayures multicolores, oh , hérésie!

Dans l'annonce ci dessous le terme bayadère est usurpé. Il s'agit d'une simple étoffe rayée.

Toiles au Mètre | Tissus Rayés Multicolores Catalan

eshop.toiles-du-soleil.com/fr/toiles-au-metre

Les toiles du soleil sont des toiles bayadères, c'est à dire que le tissu présente des rayures multicolores, dans la tradition du tissage basque et catalan.

Pour les puristes il n'est de véritable tissu bayadère  que celui qui présente une succession de bandes de largeurs variables, de couleurs et de matières diverses, produites par des armures différentes.
Le  décor  en bandes  horizontales (perpendiculaires aux lisières) des tissus bayadère est obtenu par tissage.  C'est l'alternance de ces bandes aux couleurs vives et contrastées et de largeurs différentes qui donne son caractère à ce tissu, qui autrement serait simplement un tissu  barré, biffé ou rayé

















RAYURES ET BANDES
On dit d'un tissu qu'il est rayé lorsque la chaine est divisée en différentes nuances qui forment les rayures. Ces traits plus ou moins épais sont verticaux, parallèles aux lisières
Il existe des étoffes rayées plus complexes comme l'imberline ou le pékiné  mais c'est une autre histoire.



les tissus barrés . On dit d'un tissu qu'il est biffé ou  à bandes lorsque la trame est divisée en différentes couleurs qui forment des bandes horizontales (perpendiculaire aux lisières)

















BAYADERE : UNE ETYMOLOGIE SURPRENANTE

On a l'habitude de croire que le mot bayadère est d'origine portugaise de balhar danser et bailadéira ou bailadera danseuse sacrée de l'Inde en portugais. Mais ce n'est pas aussi simple parce que le mot baller en vieux français exprime l'idée de bouger, se remuer, se balancer or baller vient du bas latin ballarer = danser qui donnera le mot bal=réunion dansante, et si l'on pousse le raisonnement plus loin ballein se rattache à une racine indo- européenne que l'on trouve dans le sanskrit donc le mot bayadère a des correspondances  dans de nombreuses langues européennes.


QUEL RAPPORT ENTRE LES DANSEUSES SACREES INDIENNES ET LE TISSU BAYADERE
Rappelons nous que l'économie européene prospéra  grace à une politique de colonisation. Les portugais, les hollandais et les français (Pondichery, Chandernagor, Mahé...) établirent dès  XVIIeme siècle des comptoirs en Indes, des ports qui facilitaient les échanges commerciaux entre l'Orient et l'Occident
Voici donc une explication qui tient la route : les portugais étaient présents dans la région de Surate, ville où se trouvaient en grand nombre  des Devadâsi ou servantes de Dieu, dit en terme moins flateurs  c'étaient des "esclaves de Dieu"   courtisanes et  danseuses, balhaderia en portugais.. La suite ? Le mot subit une légère transformation en donnant bayadère.

Il y avait deux catégories de servantes dans les temples hindous. Les devadâsi qui demeuraient dans l'enceinte des temples
et celles qui parcouraient le pays en dansant et chantant lors des processions


Or en 1838  il y eut une tournée  en Europe et 28 représentations à Paris des Devadâsi. C'est ainsi qu'elles purent  faire connaître leur art. Les costumes jouait un rôle très important, dévoilant une part du mystère de l'Orient
Les robes étaient agrémentées de ceintures de couleurs vives, leurs bras couverts de bracelets, leur cou paré de colliers. Tous ces accessoires formaient des bandes multicolores dont l'effet visuel était  exacerbé par les couleurs vives
 Ainsi le tissu bayadère par ses bandes  colorées est un rappel du costume des danseuses sacrées indiennes appélées  désormais les "danseuses bayadères"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire