degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

mardi 12 septembre 2017

UNE AUTRE APPROCHE DE L'UNIVERS TEXTILE

 
Le toucher ou comment juger de la qualité d'une étoffe avec la main.
Bien sûr, c'est au premier coup d'œil qu'habituellement on jauge une étoffe, mais ce n'est pas suffisant, si nous avons cinq alors autant les utiliser.
La vue nous renseigne sur l'apparence d'un tissu : brillant, mat, uni, imprimé, clair ou foncé ... Le toucher nous livre d'autres secrets : doux, rêche rugueux, urticant, lisse, fin, épais , raide ou souple, lourd ou léger, froid, chaud...etc.
Comment procéder? C'est facile et vous aurez toujours cet outil "sous la main"
Prenez un morceau de l'étoffe choisie entre vos doigts, mais pas n'importe comment . Saisissez le tissu entre le pouce par dessus et l'index et le majeur par dessous, et vous voilà en mesure de juger de la qualité , du maintient, de la nervosité, du poids., de différencier une viscose d'une soie, d'une lainé cardée d'une lainé peignée. Les professionnels parlent de la main d'un tissu, une manière simple d'apprécier les qualités et d'évaluer défauts d'une étoffe. Mais professionnel ou pas si ce geste s'il vous paraît
incongru et superflu aujourd'hui, je vous assure qu'il deviendra naturel, question d'habitude. Dans un magasin avant d'acheter un vêtement ou un métrage de tissu, vous aurez recours au toucher presque inconsciemment.
À suivre

vendredi 8 septembre 2017

LE BARONG TAGALOG : UNE TUNIQUE EN FIBRE D'ANANAS

Les diététiciens nous conseillent  de consommer au moins cinq fruits et légumes par jour, mais si nous commencions par non pas ingérer mais utiliser au moins un fruit chaque matin en ouvrant notre dressing? Une chemise en fibre de banane? Non se sera pour un prochain post, mais pourquoi pas une tunique en fibre d'ananas? C'est à mon avis bon pour le moral, peut être plus gourmand que d'enfiler un vêtement issue de la pétrochimie...
 Si je vous entraine dans ce délire gastronomique c'est parce que j'ai été séduite par " les barong tagalog phililipins. Le nom déjà incite à la curiosité, mais l'étoffe est plus que magique, c'est un nuage impalpable que les hommes arborent avec fierté. 

Il y a quelques mois j'ai eu l'occasion d'assister à un mariage dans le très chic Manilla Hôtel à Manille justement.

Chic aussi le mariage car les hommes et les garçonnets portaient tous ce vêtement masculin traditionnel philippins, le baron tagalog, qui peut se traduire par vêtement du peuple tagalog. Aujourd'hui il faudrait trouver un autre nom pour ce vêtement qui n'a plus rien de populaire. Les tuniques tissées  c'est devenu un produit de luxe, très sophistiqué et rare car la main d'œuvre qualifiée disparait peu à peu. La production artisanale est restreinte, mais on peut déjà trouver dans les rayons de quelques boutiques des articles confectionnés industriellement d'un prix abordable.

La particularité de cette tunique blanche, légere, transparente, ample, qui se porte non pas à même la peau mais sur une chemise plus fine encore, réside  dans la fibre textile utilisée : la fibre est extraite de la feuille d'une variété d'ananas le "perolera". Les feuilles de cette espèce d'ananas, longues, larges et rigides sont utilisée pour depuis des siècles aux Phillipines pour leur capacité à produire des fibres textiles.
Une fois filée et tissée on obtient un tissu blanc, brillant, quasi transparent, plus ou moins rigide le piña. mot d'origine espagnole qui signifie ananas. 

Je n'ai pas rapporté de tissu piña de ce voyage, mais  j'en ai vu de près et j'avoue que c'est magnifique. Sans doute un peu raide mais adaptée au modèle des tuniques masculines. qui se portent sur le pantalon. Parfois la fibre d'ananas mélangée à un fil de soie gagne en souplesse et peut alors s'immiscer dans le vestiaire féminin. Quelques stylistes commencent à prendre conscience des possibilités offertes par cette fibre  et proposent des robes  et des manteaux en fibres d'ananas, mais ils ne sont pas nombreux, enfin pour le moment.  


Une fois filée et tissée on obtient un tissu blanc, brillant, quasi transparent, plus ou moins rigide le piña.
Cependant aujourd'hui le baron tagalog n'a plus rien de populaire, c'est un produit très sophistiqué et onéreux car les ouvriers capables d'extraire la fibre des feuilles, de la transformer en fil et ensuite de tisser sont de plus en plus rares. Je n'ai pas rapporté de tissu piña de ce voyage, mais je j'en ai vu de près et j'avoue que c'est magnifique. Sans doute un peu raide mais adaptée au modèle des tuniques masculines. Parfois la fibre d'ananas mélangée à un fil de soie gagne en souplesse et peut alors s'immiscer dans le vestiaire féminin 

UNE LEGENDE OU UNE REALITE ? LE BYSSUS

UN TISSU DE LEGENDE : LE BYSSUS
Pour les curieux qui veulent en savoir un peu plus sur ce cadeau de la mer voici quelques précisions qui je l'espère les combleront
Quel drôle de nom pour une étoffe!
Elle mérite que l'on s'attarde. Jadis hissée au firmament, admirée et convoitée par les personnages les plus illustres elle sera ensuite délaissée au profit de la soie naturelle terrestre puis oubliée un temps avant de renaître dans le cœur des amateurs de curiosités rares.
Son étymologie est une histoire à elle toute seule
D'abord bissum puis busse et enfin byssus
Mot emprunté au grec =lin fin , lui même emprunté à l'hébreu (buwts= byssus ; ce mot buwts signifie décoloré, c'est à dire sans couleur, donc blanc (curieux pour le blanc qui est la somme de toutes les couleurs ) et à l'araméen bus, enfin du latin byssus = lin fin. Pline écrit que "le byssus etoit une espèce de lin très fin." Pausanias remarque que" dans toute la Grèce, il ne croissoit de Byssus qu'en Elide."
Mais il y a une autre hypothèse plus concrète peut être qui serait la corruption d'un mot grec signifiant barbe et qui désigne l'ensemble des filaments soyeux sécrétés par testacés des bivalves (animaux à coquilles)
Unique en son genre, cette fibre ne trouva pas vraiment sa place et pour la décrire les anciens ne purent qu'user de comparaisons. La fibre antique qui offrait le plus de similitudes avec le byssus était le lin, d'où parfois la confusion.
Tissu de soie marine ou tissu de lin, l'un ou l'autre ou l'un et l'autre? "sorte de lin jaunâtre dont ils fabriquaient les plus riches étoffes" Littré. Il est fait référence à un fil de lin fin autrefois filé à la main, dans les pièces humides et sombres afin justement obtenir plus de finesse. Ce produit était la fierté de la région de Valenciennes, et sa richesse aussi puisqu'il était utilisé par les dentellières de la région, mais les conditions de travail des ouvrières étaient extrêmement pénibles. Mais aujourd'hui si la fabrication des dentelles du nord est entrée dans les musées c'est que la tradition ne se perpétue plus faute de fil. Aucune machine à ce jour ne permet d'obtenir un fil équivalent en finesse à celui obtenu par le processus manuel.
S'il est une étoffe historique c'est bien le byssus, déjà présente dans la bible :
"David était revêtu d'un manteau de byssus, il en était de même de tous les Lévites qui portaient l'arche, des chantres et de Kenania chef de musique parmi les chantres Et David avait sur lui un éphot de lin" (chroniques 15. 27)
" La Syrie trafiquait avec toi , à cause du grand nombre de tes produits d'éscarboucles, de pourpre, de broderies, de byssus , de corail et de rubis..." (Ezechiel 27.16)
-"Salomon demande au roi de Tyr de lui fournir un maître artisan habile au tissage du byssus et aux teintures violettes ou cramoisies faites avec la pourpre du murex.
. (chroniques II°chant)
- "ton costume était de byssus, de soie et de broderies…" (Ezechiel chapitre 16- verset 13).
Le byssus mentionné dans la Bible n'est en fait que du lin fin, utilisé pour la fabrication des tunique
En Egypte ce tissu obtenu à partir de fil de lin très fin était utilisé pour envelopper la tête des momies. Le lin de la vallée du Nil, donna le byssus alexandrin. La spécificité de ce tissu était sa finesse, sa quasi transparence, qui en faisait un tissu d'exception même 3 000 ans avant Jésus Christ. On a retrouvé des bandelettes entourant les momies tissées avec une fibre d'ortie, la ramie, plus blanche et plus fine encore que le lin. Cela prouve que les anciens utilisaient à la fois le lin et la ramie.
Plus proche de nous, Jules Verne dans 20 000 lieues sous les mers évoque le byssus" Bientot j'eus revêtu mes vêtements de byssus, fabriqués avec les filaments lustrés et soyeux qui rattachent aux roches les "jambonneaux" sortes de coquilles très abondantes sur les rivages de la Méditerrannée. Autrefois on en faisait des bas, des gants, car ils étaient à la fois moelleux et très chauds."
Les machines si promptes habituellement à remplacer l'homme, ne sont pas encore capable de produire un fil aussi fin. Le pourront elles un jour ? La question ne se pose pas en ces termes , mais plutôt est il nécessaire de fabriquer une machine capable de produire un fil de lin d'une extrême finesse ? Si le marché potentiel existe pourquoi pas, sinon laissons notre imagination naviguer dans le monde merveilleux des fibres oubliées. Ici encore une fois je ne peux m'empêcher de faire un rapprochement avec notre alimentation et cet engouement pour les légumes oubliés.
Aujourd'hui le véritable byssus est un produit rare car très peu de personnes sont capables de récupérer cette soie marine de la filer et encore moins de la tisser. L'Italie et plus spécifiquement la région de Tarente fut un grand centre de production de byssus Quelques familles continuent à fabriquer un fil de soie marine généralement utilisé pour broder sur des supports de soie ou de lin fin. Le tissage est plus rare, car il demande plus de matière et de ce fait le prix d'une pièce entièrement en byssus atteindrait des sommes vertigineuses. Ce savoir- faire se transmet de génération en génération sous le sceau du secret. Chiara Vigo en Italie est probablement la dernière "ouvrière" capable de "récolter",de filer , de tisser et de broder avec la soie marine. Sa fille qui vit en Irlande ne sait pas si elle continuera la tradition familiale ou si elle coupera à jamais le fil historique qui lie sa famille au byssus.
Pour voir et admirer des articles confectionnés avec cette fibre il faut aller dans les musées qui possèdent des collections textiles rares. La plupart se trouvent en Italie, mais les collections américaines sont assez fournies.
Qu'est ce que le byssus ? Une soie marine, mais encore?
Au XIX e siècle, le terme byssus est employé en botanique par l'intermédiaire du latin scientifique byssus, utilisé par Linné en raison de l'analogie entre les fils de lin fin et les filament de certains cryptogrammes formant des moisissures. Ce même terme fut repris en zoologie vers 1810 pour désigner les filaments soyeux sécrétés par une glande située dans le pied de certains lamellibranches (mollusques bivalves) telle "pinna" marine et qui leur sert à se fixer sur un rocher c'est 'origine de la soie marine
Le byssus a donc une double identité : végétale /animale.
Au XIX e siècle, une industrie locale sicilienne prospéra autour du byssus. La pinna sorte de coquillage que l'on trouvait encore en grand nombre en Méditerranée au siècle dernier possède la faculté de filer une soie solide . Cet animal ne file pas vraiment comme la chenille du bombyx du mûrier, mais elle retire une sorte de pâte d'une fente située dans sa langue. Le byssus est en fait une touffe composée d'une très grand nombre de fils extrêmement fins. Cette substance sert d'amarres à l'animal qui se fixe sur un corps étranger. Malgré et à cause de sa finesse, le byssus de la pinna devint une matière première très recherchée pour la filature. Une industrie naquit en Sicile et devint un important commerce.
Cet artisanat réclamait savoir faire et patience. Les opérations telles qu'elles sont décrites dans un manuel de filature de 1914 résument à elles seules la difficulté de récolte et surtout la difficulté du filage.
La pinna se retirait de la Méditerranée à une profondeur variant entre 6 et 9 mètres Les fils constituant la touffe étaient parfois si résistants que de grands efforts étaient nécessaires pour détacher l'animal de son lieu d'attache. On se servait d'une sorte de grande fourche à dents ou crampon. Cette masse fibreuse ou "lana pinnae" était séparée du coquillage et lavée à l'eau savonneuse. Ensuite elle était séchée à l'ombre et l'on coupait les radicelles endommagées ou inutiles. Le triage et peignage étaient les opérations suivantes. D'abord un premier démêlage s'effectuait avec un peigne à larges dents, suivit d'un peignage avec un peigne plus fin. Pour 500g de fils bruts on obtient environ 150 g de fils fins filables. La filature réalisée au fuseau était une opération délicate étant donné la finesse de la fibre .
Le fil obtenu était lavé dans une eau citronnée, frotté à la main avant d'être lustré au fer chaud. La couleur se situe entre le jaune, le brun et le doré. A Madagascar j'ai eu la chance de voir quelques articles tissés avec la soie d'araignée, et les similitudes sont flagrantes : la couleur dorée, la brillance, la finesse du fil sont présentes dans les deux cas. En ce qui concerne le toucher, malheureusement je ne peux pas me prononcer, ces articles étant placés dans des vitrines....
Le byssus permettait de fabriquer des accessoires de luxe : des gants, des châles, des chaussettes dont l'aspect très brillant et le toucher soyeux surent séduire une certaine clientèle
Plusieurs raisons sont à l'origine du déclin de cette fibre, mais la plus importante demeure l'arrivée d'une concurrente . Lorsque la soie "terrestre" fut introduite en Occident, la soie marine ne fut pas à même de rivaliser. La soie terrestre était plus facile à produire, même en grande quantité, elle est plus facile à travailler, moins couteuse tout en restant un produit de luxe.
Lorsque la production de soie du bombyx du mûrier se développa, elle entraina le déclin du byssus.
La nature offre une quantité de matières qui selon les capacités humaines peuvent être filées et tissées
Ainsi retira t on un fil soyeux de la coquille des oeufs de la raie blanche (raja batis) et de la raie bouclée, la soie de l'araignée Nephila, de Madagascar produit un fil soyeux et solide plus difficile à travailler que celui du vers à soie car bien plus fin.
Comparer à tout ceci les innovations des hommes semblent parfois bien ternes, et de ce que nos ancêtres avaient entrevus et parfois exploités avec leurs faibles moyens nous ne savons pas tout, heureusement il nous reste les légendes .

samedi 12 août 2017

LA FIBRE OUBLIEE : l'AMORGIS D'AMORGOS

Je n'imaginais pas enrichir mes connaissances sur le textiles en visitant les Cyclades, et pourtant c'est ce qui s'est passé. En arrivant sur l'ile d'Amorgos tout est fait pour que l'on se souvienne.
                                               "ici fut tourné "Le Grand Bleu de Besson"

Mais Amorgos c'est beaucoup plus que cela, c'est un extraordinaire monastère
... Hozoviotissas construit à flan de montagne à plus de cent mètres au-dessus de la mer, accessible par un escalier de 269 marches taillées dans la roche.... L'architecture si particulière influença Le Corbusier pour sa chapelle de Ronchamp.
En ce qui me concerne, côté physique, la montée fut éprouvante, quoique beaucoup plus aisée que celle  du Tiger Nest au Bouthan.
Ces quelques lignes ne sont que l'amorce du cadeau qui me fut offert par notre guide. Elle évoqua très brièvement, trop à mon goût, une toile fine teinte en rouge qui jadis fit la gloire des habitants de l'île. Et voilà que la boite de Pandore était ouverte, il me fut impossible de me contenter d'aussi peu d'informations. Ainsi se terminent mes voyages par un farouche besoin d'en savoir plus. Je vous livre donc ici le résultat de ma collecte. Il s'agissait d'une étoffe de lin très fine, quasi transparente, appelée amargis. La finesse du fil était particulièrement admirable et la teinture rouge était une merveille. Je n'ai malheureusement pas pu le constater de visu car les manufactures, si nombreuses sur l'île jusqu'au XVIIe siècle, ont disparu depuis. Il ne reste aucune trace tangible de l'amargis. Par contre, j'ai trouvé des passages qui en parlent dans  Lysistra d'Aristophane, une comédie écrite en 411 avant J.C. Lysistrata, femme d'un des principaux citoyens d'Athènes, convoque et invite toutes les femmes à forcer leurs maris à cesser la guerre. Aristophane fait allusion au tissu d'Amorgos.
 ..Lysistrata :
"…Si nous nous tenions chez nous, bien fardées, sans autre vêtement qu'une tunique fine et transparente, quelle impression feraient nos attraits...

.... nous fardées, et si dans nos petites tuniques d'Amorgos nous entrions nues, le delta épilé..."
La pudeur et la bienséance étant mises à mal dans cette comédie, je me contente de vous parler ici de textile.

Au XVIIeme siècle, Joseph PItton de Tournefort écrit quelques mots concernant cette étoffe dans "un voyage au Levant".

"Les meilleurs des toiles que l'on croyoit être faites de lin étoient appelées Amorgines.
Les tissus d'amorgos étaient chers,  plus fins que le byssus et le carpasus ; ils étaient presque transparents, il y en avait de colorés ; leur nom a dû venir de l'ile d'amorgos où ils étaient fabriqués, quoiqu'on prétende qu'ils venaient de leur couleur ou de la plante dont ils étaient faits, cette plante avait sans doute donnée son nom à l'île. Il y avait à Amorgos des manufactures d'une étoffe d'un rouge écarlate. On les appelait amorgides. Encore aujourd'hui, on recueille cette plante ou lichen sur les rochers d'Amorgos pour la teinture rouge on en l'envoie à Alexandrie et en Angleterre".


jeudi 29 juin 2017

POURQUOI CHOSIR UNE COUETTE EN SOIE


La ronde des saisons
Bien que l'été  se manifeste très tôt cette année, l'hiver va inexorablement succéder à l'automne et puis viendra le printemps et reviendra l'été... Les nuits se succèdent saison après saison, c'est pourquoi il est important  trouver le bon équilibre pour son confort et son bien être.

Couverture, édredon ou couette? Avec quoi dormez vous?
Quelque soit la solution adoptée il ne s'agit en aucun cas d'une source de chaleur, exception faite des couvertures chauffantes. Ce sont des éléments isolants qui jouent le rôle de barrière thermique entre le corps qui génère de la chaleur et l'air ambiant. L'article  textile  lui emmagasine cette chaleur avec plus ou moins de réussite et la conserve plus ou moins longtemps. Lorsque l'on  parle chaleur il faut prendre en compte l'humidité, celle de notre propre transpiration.

En Occident le mode de couchage  s'est transformé  en quelques décennies, fortement influencé par les anglo-saxons. Couvertures et draps sont remisés au grenier lorsqu'il y en a un, ou à la cave, ou tout simplement mis au rebus  dans les bon containers, recyclage oblige!

MAIS D'OU VIENT LE MOT EDREDON?
Les édredons , si lourds, si encombrants, si difficiles à entretenir ont été abandonnés depuis l'amélioration des systèmes de  chauffage dans nos habitations.
Saviez vous que les véritables édredons étaient  rembourrés avec le duvet des canard. A l'origine, le mot  édredon désignait le duvet d'un gros canard l'Eider, animal aujourd'hui protégé, dont les plumes et le duvet sont particulièrement douces. D'Eider à édredon, le chemin n'est pas si long
Si vous êtes adepte du rembourrage en duvet ou en plume, sachet que le duvet est plus léger, plus malléable que la plume, l'air circule mieux à l'intérieur de l'enveloppe,  inconvénient majeur le prix est beaucoup plus élevé.
Edredon et couette simplement cousins.  Les dimensions de l'édredon sont plus réduite que la surface du lit, il est volumineux, et plus lourd c'est souvent ce que recherchent les inconditionnels. La couette est plate,  plus grande que le lit mais plus petite qu'une couverture.
COUETTE

EDREDON


Faire le lit est devenu un jeu d'enfant.
Les couettes, les housses de couettes, les draps housses ont simplifié notre quotidien
supprimant la corvée du lit au carré!
Différentes  solutions vous sont proposée par les fabricants :
-l'option multiples :  une couette pour chaque saison!  Cela pourrait être une belle idée, mais elle n'est pas  fonctionnelle. Le rangement devient un problème, le prix n'est pas avantageux, au final ce n'est pas la meilleure solution

-Dormir à l'ancienne : un drap plat, une couverture en laine, et un édredon sur les pieds. Retour à la case départ avec un entretien rigoureux surtout pour les allergiques aux acariens , et  en plus un casse tête si vous remuez trop la nuit, l'édredon va se retrouver sur le sol!

-Céder à la facilité :  les offres sur le marché du linge de lit sont de plus en plus diversifiées  mais en apparence seulement car  le rembourrage des  articles proposées sont en majorité  des fibres de polyester  et très rarement avec des plumes ou du  duvet (parfois des plumes et du duvet)
Aujourd'hui concurrence oblige les produits sont  de très bonne voir de très bonne qualité.  Techniquement parlant les couettes nouvelle génération  sont performantes : quatre saisons, ventilée, fibres creuses silliconées ou trilobées, lourdes gonflantes ou plates selon la demande mais aussi traitées chimiquement : anti allergiques,  anti-acariens, antifongiques et anti-bactériens
Cependant attention au miroir aux alouettes : certains  fabricants surfent sur la vague "tout naturel" et  tentent des sorties extra-ordinaires : couettes rembourrée en fibres de maïs comme l'indique cette publicité :
"

Couette Pure Maïs de Hefel, le savoir faire d'un fabricant depuis plus de 100 ans

La Couette Pure Maïs vous procure un sommeil climatisé et sec grâce aux vertus de la fibre de maïs qui régule l'humidité.
Légère, aérée, elle est indiquée aux personnes exigeantes envers leur literie en raison d'allergies ou d'une peau sensible.
La fibre de l'enveloppe est en 100% fin satin de coton blanc affiné à l'aloé vera
Garnissage 100 % Naturel et Biodégradable :
 Fibres de Maïs
Forme morphologique
Fabrication dans cadres en bois. Coutures indéchirables : chaque point du piquage est indépendant !"

Il y a encore et toujours cette miraculeuse fibre de bambou...  La nature dans le lit mais quelle nature? les étiquettes omettent souvent de mentionner les  différentes étapes de transformations de la plante à la fibre. Le bambou n'est qu'une viscose fabriquée à partir de déchets de bambou, mais le principe reste identique à la viscose fabriquée à partir de hêtre ou de déchets de coton : pollution de l'eau, et utilisation de produits chimiques pour transformer  la fibre en une matière filable.


Une bonne journée commence par une bonne nuit

 Je vous invite à découvrir  un artisanat  traditionnel  né en Asie et que les occidentaux découvrent à leur tour :  la couette en soie. La garniture est incroyable il s'agit de soie naturelle, c'est l'enveloppe du cocon qui est utilisée, il ne s'agit pas de fil mais de fibre.



 La matière première  est naturellement blanche et légère, aucun produit chimique n'intervient au cours de la fabrication. La nappe de soie qui est la matière utilisée pour rembourrer la couette est obtenue par l'étirage manuel d'environ 2500 cocons pour une couette de 2,20m /2,40 m.
les cocons sont ensuite supperposés

les cocons sont étirés  petit à petit jusqu'à obtenir la bonne dimension

                                                                                                                               

L'excellence existe, il suffit de respecter quelques règles.
Choisissez un article fabriqué dans des petites unités d' élevage ce qui autorise une sélection manuelle.
Les surpiqures ne sont pas nécessaires lorsque le garnissage  est fait d'un seul morceau et maintenu à grands points sur le pourtour de l'enveloppe (en coton bio ou en soie)


Le garnissage intérieur des couettes provient exclusivement de cocons de vers à soie nourris de feuilles de mûrier fraîches.  Ces bombyx du mûrier (bomby mori) sont domestiqués par l'homme depuis des siècles.

Après avoir servi de cobaye je puis vous assurer que je ne renoncerai plus à ma couette en soie! Laissez moi vous expliquer pourquoi et vous convaincre d'essayer ce "bienfait de la nature".
C'est un plaisir chaque soir renouvelé que l'on se glisse sous ce nuage de soie.

Les qualités inhérentes à la couette sont celles de la soie
Isotherme : le niveau de confort est régulier été comme hiver. La soie suit les variations de température de notre corps qui se produisent au cours de la nuit. Il est inutile de se découvrir , la couette s'occupe de tout, elle prend soin de vous, elle est dotée d'un thermostat naturel

Confort : terminé le poids insupportable d'un édredon en plumes, la nature même de cette nappe de soie donne l'impression d'être couvert par un nuage.
La soie est absorbante : elle absorbe aussi bien l'humidité ambiante de l'air que l'excès de transpiration c'est pourquoi même lors de fortes chaleurs, le confort est présent. La chaleur est équitablement répartie sur toute la surface de la couette car aucune couture, ni surpiqure ne viennent troubler la surface plane
La souplesse de cet article est remarquable, elle se drape,   suit les mouvements du corps, elle se fait oublier.

Naturelle : choisissez un garnissage certifié bio ou avec le label oeko-tex standard qui garantie l'absence de produits chimique dans la fabrication
La couleur blanche n'a nécessité aucune teinture, aucun blanchiment. Les opérations sont réalisées manuellement, à l'exception des coutures principales sur le pourtour.
Anallergique : la soie n'attire ni les acariens, ni la poussière. Si l'enveloppe est aussi en pur coton il n'y a aucun risque d'électricité statique

L'entretien est simple et naturel :
La couette devient un cocon pour celui qui l'utilise, se l'approprie. Elle se traite avec délicatesse. Les fabricants préconisent un nettoyage à sec. Je vous conseille de ne pas le faire systématiquement, les produits utilisés désèchent les fibres et  les solvants qui sont des produits chimiques  ne sont pas tous éliminés durant le programme de nettoyage. Il faut alors laisser la couette à l'air quelques heures afin de dissiper au maximum les produits restants
Un conseil : glissez la couette dans une housse en coton léger afin de la protéger, de prolonger sa vie, et de ne pas contrarier les vertus de la soie.

Les chinois utilisent une méthode naturelle  et  gratuite qui a fait ses preuves  : les couettes sont exposées aux rayons du soleil. Pour les citadins il est inutile de sortir sa couette et de l'étaler sur la pelouse du square le plus proche, il suffit d'ouvrir sa fenêtre un jour de beau temps et de laisser le soleil caresser la couette quelques heures. Toute l'humidité absorbée sera évacuée, et la nappe de soie retrouvera sa légèreté et son  gonflant  tout naturellement Le soleil est la santé de la couette
Alors cherchez le produit sur internet il y en a beaucoup, dans les magasins ils sont encore peu nombreux. Moi j'ai rapportée la mienne d'Afrique du Sud. J'ai trouvé dans un petit village un atelier de fabrication de couettes en soie, crée par des chinois qui ont transmis leur savoir faire aux femmes du village. La soie provient d'un élevage situé dans la région. Je trouve cette démarche
intéressante et enrichissante pour toute la communauté.
J'espère que ces lignes auront suscité l'envie de posséder un tel trésor.



mercredi 21 juin 2017

LES JOIES DU TISSU

Ce blog est un moyen de communiquer ma passion pour les tissus qui mettent en éveil tous mes sens. Je pense que vous aussi pourrez vous adonner à cet exercice sans trop forcer vos souvenirs, mais en prêtant une certaine attention à votre environnement textile. Je commence, à vous ensuite de jouer.

La vue d'un taffetas gorge de pigeon, me transporte dans le monde irréel de la couleur qui n'est qu'imaginaire, qui n'existe que par la présence de la lumière, ce n'est qu'une sensation, une vibration mais qui parvient à exacerber ma sensibilité.

Le toucher
ruisselant d'un satin de soie provoque chez moi une réaction épidermique qui me donne la chair de poule. Tout aussi curieux, j'ai connu parmi mes clients des personnes qui, pour la même raison, ne supportaient pas de toucher un velours de coton ou de soie, côtelé ou lisse. Pour moi, ce hérissement des poils n'implique pas un rejet, c'est simplement un phénomène qui prouve que l'étoffe me m'est pas indifférente, c'est une forme de dialogue qui s'installe entre ce sensuel satin et ma main.

L'odeur de la laine mouillée me renvoie à mon enfance, lorsque l'on osait laver ma "coue", ce minuscule morceau de la couverture de naissance dont je ne pouvais me passer pour m'endormir. Eh oui le tissu était un réconfort et il allait devenir un ami pour la vie.

Le goût ne doit pas être exclu de cet exercice, même si l'exercice est plus subtil et très très subjectif.
 Un fil de lin me suggère un monde de sucreries, une montagne de bonbons. Pourquoi ? Peut être parce que le morceau de lin que j'ai porté à ma bouche était rose et sans doute parce qu'il m'a vraiment laissé un goût délicieux. Le lin est savoureux. C'est ce que l'on nomme umami au japon (de umai = délicieux et mi = goût). Ainsi, le goût savoureux est considéré comme l'une des cinq saveurs de base avec le sucré, l'amer, le salé, l'acide.

L'ouïe est un moyen quasi infaillible de reconnaître un tissu. L'oreille perçoit aisément la différence entre un pongé de soie et une toile de laine que l'on déchire. Le bruit devient un cri lorsqu'il s'agit de la soie que l'on coupe. Le bruit d'un morceau de coton que l'on déchire m'est insoutenable tant il me rappelle celui du chiffon que l'on déchire nerveusement pour faire un pansement de fortune. Ce n'est pas le même son que provoque le froissement d'un taffetas. Celui-ci m'est familier, il résonne à mes oreilles et me renvoie à l'instant magique de l'apparition d'une héroïne de Molière qui, en silence, fait un tour de scène avant de prononcer les premiers mots de sa tirade. C'est une jubilation que ce bruissement de tissu de soie qui annonce l'arrivée du personnage.
Songez combien le bruit est étouffé lorsque l'on manipule un article en laine. Le langage des étoffes passe aussi par le son ; maintenant c'est une évidence.

Ces exemples sont évidement subjectifs, ils appartiennent à mon histoire. J'espère que vous   trouverez plaisant cet exercice. A la rentrée, j'organiserai des dégustations textiles, une manière ludique de découvrir l'univers textile.