degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

mercredi 31 janvier 2018

FAISONS CONNAISSANCE AVEC LES TISSUS AUTOUR D'UNE TABLE

DEGUSTATION TEXTILE : UNE EXPERIENCE SENSORIELLE


L’objectif de cet atelier est de familiariser les participants avec les fibres textiles majeures.
 Cette « dégustation textile » est un moyen de partager mes passions pour les étoffes et la gastronomie avec une approche participative et ludique qui met en éveil les sens.
Des échantillons et des exercices permettent de visualiser concrètement les informations énoncées.

Les tissus racontent des histoires, petites ou grandes, ils font   voyager dans le temps et dans l’espace, ils sont devenus indispensables à l’homme depuis  les temps immémoriaux.  Entrer dans les coulisses de cet univers c’est découvrir les secrets de fabrications, de transformations. La mode n’est que la partie visible de ce monde. De la fibre au fil , du fil au tissu et du tissu au vêtement une infinité d’opérations se succèdent.
  
Pour les passionnés, les professionnels, les particuliers, les  curieux,  les gourmands c’est une manière d’acquérir les connaissances nécessaires et suffisantes pour se sentir à l’aise dans le domaine du textile, pour que le shopping deviennent  un plaisir et non une corvée, pour que le choix d’un tissu ou d’un vêtement soit le plus judicieux possible.

Parce que connaître et reconnaître les étoffes c’est le meilleur moyen de sélectionner le bon produit, de minimiser les erreurs, de gagner du temps et de découvrir les trésors accumulés dans son dressing.  Consommer en pleine conscience c’est avoir de l’estime pour ses vêtements et tout autant que pour son alimentation, c’est savoir ce que l’on porte et ce que l’on mange. Si la traçabilité des produits alimentaires est aujourd’hui une évidence, pourquoi ne pas suivre cet exemple dans le domaine du textile ?         
Cet atelier s’adresse à ceux qui s’intéressent à l’univers textile et qui n’ont pas encore trouvé les réponses à leurs questions.

A SUIVRE

mercredi 10 janvier 2018

LA TRICOTINE

Le nom vous dit quelque chose, mais quoi? Parce que cette étoffe fut mais elle n'est plus ou si rarement. Sa ressemblance avec le tricot lui valut ce nom: tricotine. Le saviez vous tricot
C'était un lainage sergé avec des caractéristiques spécifiques : les côtes sont doubles et séparées les unes des autres par des sillons assez profonds. La diagonale est prononcée : 60° vers la droite.
La tricotine fut un des fleurons de l'industrie textile roubaisienne. Pour obtenir ce lainage, seule la laine peignée était employée.

 La tricotine serait une gabardine avec des côtes plus prononcées. En raison de son élasticité, la tricotine fut largement utilisée pour les culottes de cheval et les uniformes, avant bien sûr la diffusion de l'élasthane.

mercredi 20 décembre 2017

Aujourd'hui j'accueille avec plaisir de nouveaux pensionnaires qui vont rejoindre le groupe des soieries, des lainages et des cotonnades. Je ne résiste pas au plaisir de vous les décrire.
Au rayon des cotonnades, c'est un satin de coton d'un noir intense, magnifique, la fibre est robuste mais le tissu réagit tout en souplesse.
Dans le rayon des soieries, c'est un crêpe satin de soie blanc immaculé fluide et lourd comme je les adore. C'est un classique incontournable dans une boutique de tissus, mais il y a classique et classique, celui-ci est tout simplement magnifique. 
Du côté des laines, c'est un ovni, une étoffe surprenante, un lainage écru travaillé à la façon d'une tapisserie contemporaine en 3 D.   



Idéal pour passer un hiver enveloppée dans un cocon.

La part réservée aux étoffes techniques est largement représentée dans le stock.




 Mais avec l'arrivée d'un incroyable jacquard bleu Klein en viscose et coton, il se surpasse. Cet article est juste éblouissant ; dans sa version blanche il est   grandiose.

 Dans les années 70 les associations de couleurs sont explosives, les motifs abstraits nous entrainent dans le monde de l'art, mais le plus étonnant sont les supports textiles utilisés  souvent des  mélanges savants de laine et de soie,

les étamines de laine aussi légères que des mousselines. Sublimes et rares, voilà des merveilles à ne pas louper.

La boutique De Gilles n'est pas un musée : c'est un lieu vivant, bien vivant qui abrite des tissus qui méritent une attention particulière, parce qu'ils sont en voie de disparition. Pour votre plaisir et pour les curieux vous verrez  sur les murs encadrés comme des tableaux, des failles imprimées, des bengalines artistiquement colorées, des étamines aussi fines et délicates  que la mousselines, batiste calandrée, organdi fort, moire musique… Ce sont mes trésors que je partage volontiers avec tous les amoureux des tissus.
Ces noms représentent une partie de la mémoire d'une civilisation, ils sont l'héritage d'un société et mon héritage. 

Les tissus sont les compagnons de notre quotidien et les témoins d'évènements marquants de notre vie. Des langes au linceul, nous vivons en osmose avec les étoffes alors, ne laissons pas le nombre des tissus se réduire d'année en année, de collection en collection. N'acceptons pas la paupérisation d'une branche industrielle qui est majeure, revendiquons le droit au choix le plus large. Mesdames et messieurs les fabricants de tissus, faites nous encore des merveilles avec votre savoir faire inimitable, continuez à nous faire rêver, donnez-nous envie d'acheter de beaux produits.

Envie de voir ou d'acheter des beaux tissus ? Alors venez faire un petit tour chez De Gilles tissus. C'est le lieu idéal pour réveiller des souvenirs tactiles, visuels, olfactifs liés au textile.
Alors à bientôt?

A SUIVRE : DES NOUVEAUTES DANS LES RAYONS

LE BOLIVAR : UN TISSU HAUTE COUTURE ET UN COUVRE CHEF POLITIQUEMENT INCORRECT...

C'est une drôle d'histoire qui préside à la naissance de ce tissu. D'abord et avant tout,  Simon Bolivar homme politique du  XIXeme siècle incita les peuples sud américains à se libérer du joug espagnol. Il est devenu le héros d'une lutte sanglante entre les républiques sud américaines et le pouvoir royal espagnol.

QUAND LA MODE RENCONTRE LA POLITIQUE
 L'affrontement  entre les royalistes et les libéraux se poursuivit jusque dans les tenues. Si Bolivar portait un chapeau à large bord qui sera baptisé Bolivar,  et adopté par tous les libéraux  le représentant du roi d'Espagne un certain Morillo arborait lui un chapeau à bord étroit nommé Morillo qui fut adopté par tous les royalistes.


LE BOLIVAR DEVIENT UNE ETOFFE
Ensuite c'est une étoffe qui au XIXeme siècle fut baptisée Bolivar. Elle s'ajouta à  la grande famille des flanelles :  anglaise, de Galles, flanelle blanche, flanelle croisée... Contrairement à ce que son nom laisserait imaginer, elle fut fabriquée en France, dans la région de Reims. Sa particularité était son aspect lisse, sa souplesse et sa légèreté. En chaîne et en trame les fils sont en laine cardée, alors que la flanelle anglaise est en laine peignée en chaîne et cardée en trame. Le succès commercial fut rapide, souvenons nous qu'à cette époque la flanelle servait aussi de doublure pour les vestes et les manteaux mais également de ceinture de santé. Parfois dans ce cas précis des vêtements dits de peau (portés à même la peau ce qui nous nommons sous vêtements étaient taillés dans une flanelle de laine mélangée à de la tourbe. Cette étoffe préservait des rhumatismes et absorbait  les odeurs...Magique? Non pas, mais un tissu technique naturel.

QUAND LA HAUTE COUTURE FAIT RENAITRE DES ETOFFES OUBLIEES
Dans la première moitié du XXeme siècle dans une Espagne encore dominée par la royauté, Simon Bolivar restait le symbole de la révolte et pourtant Cristobal Balenciaga n'hésita pas à utiliser le bolivar dans ses collections. Il l'utilisa largement pour confectionner des robes, des capes, des manteaux légers. Je pense que le bolivar connu un regain de célébrité grace à ce couturier génial qui aimait les tissus et allait jusqu'à en faire fabriquer pour lui afin qu'ils puissent coller au plus pr§s de ses idées. Ce fut le cas pour le Gazar qui était une commande spéciale réalisée par la maison Abraham.

samedi 18 novembre 2017

DES TAILLEURS, DES MOTS, DES SOUVENIRS


Les artisans tailleurs sont de moins en moins nombreux, et  ceux qui partent emportent dans leurs bagages, leurs souvenirs et les mots de leur quotidien.
Des mots oubliés derrière lesquels il y avait de vrais produits aux utilisations codées. 
Ce vocabulaire aujourd'hui désuet résonnaient dans la boutique de fournitures pour tailleurs de mes grands parents rue de Sévigné à Paris et résonnent encore dans ma tête aujourd'hui.
Le gros grain pour la ceinture de pantalon, le bougran pour renforcer les dos de gilets ou pour donner de la tenue au  bas de manches, la cingalette pour faire des patrons, la poltaise pour fabriquer les poches, la mignonnette rayée en bleu et blanc pour doubler les manches, et la fameuse toile tailleur "Capella" en poils de chèvre qui grattait et piquait tant, même à travers le tissu. Je n'oublie ni  les boutons en corozo avec lesquels j'ai appris à compter en les regroupant par grosse (1 grosse = 12 douzaines, soit 144 boutons) ni les boites rectangulaires en bois brut, pleines de sciure qui se répandait sur le sol lorsqu'on les ouvrait et qui contenaient les craies tailleur, grises, jaunes ou rouges. Une fois vide, j'y rangeai mes crayons de couleurs. J'ai  grâce à  ce petit univers de quoi alimenter le grenier de mes souvenirs textiles
Voilà aussi pourquoi je pars si souvent en croisade contre le minimalisme du prêt-à-porter. Afin de    simplifier le montage d'un vêtement, on se prive de certains détails qui avaient une réelle importance., plus de doublure ou si peu, rarement un bouton de rechange ou de contre bouton, la talonnette est un article oublié. La confection gomme les détails.
Si demain nous ne voulons pas être fringués ou fagotés été comme hiver, dimanche et jours de fête, sachons nous en donner les moyens. Et pour que demain nous puissions encore nous habiller, nous pârer, nous vêtir et non plus uniquement nous saper, apprenons les mots  pour faire exister les fournitures qui donnent corps à un vêtement.

mardi 14 novembre 2017

ALEXANDRE SACHE : UN TEXTILE DESIGNER


ALEXANDRE SACHE (1902-1981) : TEXTILE DESIGNER

Ce siècle avait deux ans lorsque naquit Alexandre Sache qui sera un acteur muet de la grande époque de la Haute Couture. Entre 1930 et 1973, ses foulards et ses étoffes imprimés ont été présents dans la plupart des collections Haute Couture de Schiaparelli à Dior, de Givenchy à Balenciaga.
collection "marine" pour Dior 

Un créatif inspiré, son milieu familial fut sans doute propice à ce mode d’expression. Artiste entouré d’artistes : un frère peintre : Gabriel Spat, un autre sculpteur : Numa Patlagean, et aujourd’hui un petit fils, Jean-Jérôme, pianiste.
L’art fait décidément partie de cette famille.

Monsieur Sache, comme l’appelaient ses employés et ses clients, fait ses études de chimie à l’école polytechnique de Lausanne, puis il intègre l’université de Genève et poursuit des études de dessin. Ceci explique non seulement la diversité de ses activités mais aussi le haut niveau de qualité de son œuvre.
Il puisait son inspiration dans ses souvenirs autant que dans son quotidien. Un rien, une rencontre, un paysage, un griffonnage, une parole qui aurait été sans importance pour quiconque pouvait lui inspirer un sujet de collection.»

  
Il transposait sur les étoffes les fleurs qui poussaient dans son jardin de la vallée de Chevreuse, la végétation luxuriante et le bleu azur de la mer dans la région d’Antibes, ou la vue sur la place Vendôme depuis la fenêtre de son bureau.

« C’est à Monsieur Sache que l’on doit cette saison les robes du soir de Dior « griffonnées » de la tête aux pieds.  Après avoir passé trois semaines dans une clinique et pris le temps, il a crayonné quelques traits sur un morceau de papier. Marc Bohan a trouvé cette idée sublime de naturel. Et voilà la naissance d’un imprimé exclusif que Sache baptisa Crayonnage. » (in le journal : La Suisse, mars 1974).

Alexandre Sache eut de multiples occasions d’exercer ses talents. Il fut tour à tour :
- caricaturiste : pour des journaux des années 20 : Bonsoir, le Canard Enchaîné, le Herald Tribune, le Courrier Cinématographique. Il fut notamment l’ami de Louis Delluc.



- illustrateur de nouvelles dans des revues telles que Harper’s Bazar ou Vanity Fair.
- sculpteur : il exécute en 1927 le buste de Charles Lindbergh en 33 heures, course contre la montre, soit le même temps exactement que la durée de la traversée de l’Atlantique par l’aviateur : un exploit partagé.


SES PREMIERS PAS DANS L’UNIVERS DE LA MODE
Il s’intéresse à la mode dès les années 30. Il est considéré comme l’un des pionniers de ce qui allait devenir la création artistique d’imprimés pour la Haute Couture.

 Ses imprimés font partie des collections des Maisons Callot, Lucien Lelong, Augusta Bernard, Worth, Redfern, Mainbocher, Patou.
 Patou imprimé sur crêpe de chine


Il rencontre Cristobal Balenciaga avec qui il engagera une longue collaboration, travaille aussi pour Molyneux et Schiaparelli.

imprimé  pour Molyneux sur crêpe marocain 

Après les années sombres de la guerre, la Haute Couture parisienne reprend des couleurs. Les grands couturiers mènent le jeu et Sache travaille avec eux et pour eux : Balenciaga toujours, mais aussi Dior, Saint Laurent, Givenchy, Chanel…

Sa réussite est due, sans aucun doute, à son savoir faire tout autant qu’à la façon qu’il eut de s’adapter à chacun de ses clients, qu’il s’agisse de Jean Patou ou de Hubert de Givenchy.

Il crée l’atelier BEAUCLERE à Montrouge, au service de couleur sur mesures, il ouvre place Vendôme une boutique, BRUMAIRE  point de vente de ses carrés de soie imprimés, non loin de la première boutique de Schiaparelli.



-->

vendredi 10 novembre 2017

N°1 REGIME VESTIMENTAIRE VEGAN

C'est à la suite d'une rencontre avec une  adepte du véganisme, venue acheter du tissu dans ma boutique, que l'idée de ce post  m'est venue.
Elle cherchait un tissu qui ne contenait ni laine, ni soie, en fait une étoffe qui n'aurait aucun lien avec le monde animal. Curieuse, comme  à mon habitude, je  lui demandais quelle était la raison de cette recherche spécifique : d'ordre médical? religieux? ou simplement par goût? Mon interlocutrice m'expliqua brièvement qu'elle était végane, le véganisme étant un mouvement  implanté aux USA depuis longtemps et plus récent en France. C'est ainsi que je découvris les codes qui régissent le mode de vie  du véganisme. Le premier et plus important point étant la condamnation de la consommation de tout produit issu des animaux qu'il s'agisse d'aliments, de vêtements ou d'accessoires. Nous parlâmes des difficultés qu'elle rencontrait pour trouver les bonnes matières textiles.
Le but de ce post est d'aider les véganes à se constituer un vestiaire à la fois confortable, élégant, fonctionnel, écologique si possible mais toujours en  respectant les fondamentaux du véganisme. J'espère apporter ma pierre à l'édifice en élargissant le choix à des matières plus rares, plus étonnantes, moins connues, insoupçonnées, artisanales ou industrielles.

UN VESTIAIRE RESPECTUEUX DES INTERDITS
Un des problèmes à résoudre pour les personnes qui observent les règles du véganisme au quotidien, se situe au niveau de l'habillement. Certes les interdits vestimentaires sont énoncés avec moult précisions mais il est parfois difiicile de savoir comment et avec quoi sont confectionnés les articles textiles que l'on trouve dans les commerces traditionnels. Les matières colorantes peuvent être obtenues à partir de tout ou partie de corps d'animaux. Ainsi, le E 124 colorant rouge ponceau ou rouge cochenille, colorant alimentaire et textile est obtenu par le broyage de petits animaux, les cochenilles qui vivent sur les cactus au Pérou et au Mexique. Les étiquettes  précisent  rarement et même jamais l'origine des teintures, et pourtant de nombreuses personnes sont allergiques à des produits utilisés dans les colorants. Le cuivre peut provoquer des rougeurs, des démangeaisons.Trouver les produits dans la fabrication desquels n'entre aucune substance animale, ni dans les fibres ni dans les teintures,  peut  s'assimiler à la quête du Graal. Il existe des sites, des boutiques en ligne ou des magasins traditionnels qui  proposent une sélection d'articles adapté à une demande particulière, et spécialement pour les végétariens et les végans.

EXIT LAINE, LANITAL, SOIE NATURELLE ET CUIR, VEGETAL OU PAS.
Après avoir écarté de votre armoire les articles en  laine provenant pour la majorité de la toison des moutons (sachez que le feutre et non le feutrine, est fabriqué avec des poils d'animaux), les articles en lanital, fibre chimique à base de protéine animale (caséine du lait), le cuir obtenu avec les peaux tannées de vache, bœuf, mouton, chèvre. la soie matière première qui constitue les cocons des vers à soie, il vous reste les fibres végétales, minérales et les fibres chimiques (artificielles et synthétiques) pour votre garde-robe.
Prêtez une attention particulière aux fournitures, examinez à la loupe des détails qui de prime abord ne se voient pas, mais qui sont souvent indispensables pour la fabrication d'un vêtement.  Dans les vêtements de protection style doudoune, ecarter tout article qui est rembourré avec des plumes ou du duvet, et choisissez les vêtements rembourré de polyester, peut être moins chaud, mais végans.   Pour avoir plus chaud en période très froide n'oubliez pas que la meilleur solution reste la "pelure d'oignon" c'est à dire la superpositon de couches textiles par exemple un sous vêtement, plus un chemisier ou un sous pull, plus un gros pull, et ensuite le manteau, ou la veste ou la doudoune. Selon la température intérieur/ exterieur vous retirez   vous en rajouter un article, et ainsi vous serez toujours au top, ni trop chaud ni trop froid. 

La doublure d'un vêtement haut de gamme est parfois en soie (pongée), le feutre utilisé pour donner du maintien au col (costume d'homme) est composé de brins de laine agglomérés, les entoilages classiques sont en laine et poils de chèvre, les surpiqûres, les boutonnières et les boutons peuvent être cousus avec des fils de soie. Et pour terminer cette liste, il y a les boutons qui eux se voient. Eliminez les boutons  en corne, en cuir, ivoire ou en nacre puisque tous issus du monde animal (coquille, peau, corne).
Préférez le corozo (obtenu à partir du fruit d'un palmier) ou encore le tagua autrement appelé ivoire végétal, et sans controverse cette fois, puisque la matière provient de la noix d'un palmier qui pousse dans la forêt amazonienne. Au Pérou, en Equateur, en Colombie ou encore en  Bolivie, cet ivoire végétal est largement utilisé; il est  aussi exporté dans de nombreux pays pour fabriquer des boutons, des bijoux, des manches de parapluie, des peignes. C'est une matière intéressante à plus d'un point. Lisse, douce, si sa teinte originelle est le blanc cassé, elle se teint très bien, et son prix est très très accessible. Plus d'ivoire végétal cela entraîne une diminution du braconnage et de la mise à mort des éléphants et des rhinocéros.  N'oubliez pas que les matériaux utilisés pour fabriquer les boutons sont très variés : verre, pâte de verre,  bois, métal, liège, porcelaine, résine, acrylique et bien sûr, plastique.


WELCOME FIBRES CHIMIQUES 
La chimie dans les placards : bien sûr  le recours aux vêtements en fibres chimiques est essentiel pour les végans. Ces fibres se plient à tous vos désirs ou presque, des sous-vêtements aux vêtements de protection en terminant par les accessoires, chaussures, sacs, ceintures, etc.
Les fibres chimiques se sont adaptées aux besoins des consommateurs. Se protéger de la pluie, du vent, du froid, ce sont des choses que les fibres fabriquées par la main de l'homme peuvent faire et avec en prime un côté esthétique qui parfois n'envie rien aux fibres animales.
Sachez ce que vous aller  acheter et ce que vous pouvez attendre des différentes fibres chimiques.

Fibres synthétiques :
Le polyester (Tergal)  créé à l'origine pour remplacer les lainages. Les tissus sont secs, lourds, mats, solides. Ils sont parfaits pour les plissés. Attention, ils sont souvent mélangés à la laine (poly-laine) pour augmenter la chaleur. Ils se présentent sous des poids et des aspects très variés, en fonction de leur destination, mais les finitions, la grosseur des fils peuvent changer l'aspect du tissu. Les microfibres sont des polyester.
Le polyamide (nylon) pour sa légèreté, sa solidité, son imperméabilité. Les toiles de nylon légères et imperméables vous protègent de la pluie, avec les célèbres articles K- Way. Vous êtes frileux ? passons à la version vêtement de protection avec les doudounes en polyamide, doublées en polyester légères et chaudes, et les chaussures qui vous sont proposées dans quelques boutiques et surtout sur internet  sans cuir mais avec des matières synthétiques, parfois du caoutchouc, recyclé ou pas, pour les semelles.
Les chlorofibres (Rhovyl) pour ses qualités : ininflammable, bon isolant thermique, résistant aux bactéries. Ces fibres sont commercialisées en France sous la marque Rhovyl et proposées en produits finis (sous-vêtements) par Damart "froid? moi jamais!" une pub qui a marqué une génération. Le thermolactyl est le produit phare de la marque. Cette fibre entre dans la composition de caleçons, t-shirt, et autres sous-vêtements avec la promesse de soulager les rhumatismes. 
Les fibres chimiques sont de plus en plus performantes tant au niveau du confort que de l'efficacité. La technologie entre dans le vêtement. Sous le soleil de l'été il est de bon ton de porter des t-shirts anti uv.
Pour les personnes qui transpirent énormément des pieds, des chaussettes anti-odeur sont désormais commercialisées et les progrès ne sont pas prêts de s'arrêter, les recherches continuent dans les laboratoires. L'homme n'a de cesse de copier la nature, voire de la dépasser.
Acrylique (Crylor, Orlon), le toucher est doux, proche de celui de la laine, l'aspect des "mailles" acryliques est proche du mohair ou de l'angora. Les articles sont  légers et chauds, la fibre sèche rapidement.
Le PVC ou polychlorure de vinyle. C'est une matière plastique souple, (composée de sel et de pétrole).
Largement utilisé pour fabriquer des articles imitant le cuir. Le skaï est une marque déposée.
Quant à l'Alcantara, il s'agit également d'une marque déposée qui est une imitation du daim en fibres de polyester. Ce tissu ne possède pas d'envers, les deux faces sont identiques, il est imperméable et  lavable. Idéal pour les vêtements et l'ameublement (sièges).

Fibres artificielles
Viscose, fibre chimique qui se rapproche de l'aspect de la soie, Tencel, Lyocell, acétate Arnel, cupro Bemberg, modal... Les fibres artificielles permettent d'obtenir des tissus brillants, souples, soyeux.
Ce qu'il faut savoir au sujet des tissus de bambou. Il s'agit généralement d'une viscose dont la base est la pulpe de bambou. Si les fabricants allaient au bout de leur raisonnement on pourrait parler de tissus de bois (la viscose classique ayant pour base la pulpe de hêtre). Il faut donc être plus rigoureux dans les appellations, mais un consommateur averti saura distinguer le bon grain de l'ivraie.
          Faites entrer la nature dans votre vestiaire en  choisissant des articles en fibres végétales ou                 minérales. Cherchez aussi les fibres naturelles méconnues, inexploitées   comme l' abaca,  la ramie,    le chanvre ou encore la soie marocaine (issue d'une plante)

LE CUIR VEGETAL : UNE APPELLATION TROMPEUSE, MAIS UN VRAI BON PRODUIT VEGAN
 Il existe de nombreux sites surtout anglo-saxons qui proposent sur le net des accessoires comme des chaussures, des sacs et des ceintures véganes, c'est-à-dire fabriquées en matières synthétiques (imitation cuir, caoutchouc de synthèse). Il fait référence à une matière curieuse : le cuir végétal. Cela m'a intrigué au plus haut point, et je suis allée voir sur ce site marchand quel était ce produit étonnant. En fait de cuir végétal, il s'agissait de chaussures en matière synthétique (semelle, doublure et extérieur). Le terme cuir végétal est mal choisi ou plutot trop bien choisi, mais trompeur. Le terme cuir végétal s'applique  à la méthode de tannage de la peau qui est végétale par opposition au tannage traditionnel de l'industrie qui est minéral et plus polluant. Donc attention les végans d'obédiance Tom Regan, ne tombez pas dans le piège, le cuir végétal n'est pas fabriqué à partir de feuillage ou de sève, c'est simplement une peau d'animal tannée d'une manière moins polluante, mais il s'agit tout de même de cuir.
Les sites spécialisés vendent des accessoires  en "cuir vegan" ou vegan leather" c'est-à-dire en imitation cuir parfois doublés en coton comme le propose la marque anglaise Vegetarian shoes. Pas de problème, les articles sont en adéquation avec les idées des végans . La marque canadienne Matt et Nat s'engage à sauvegarder  la nature et assure la protection  des droits des animaux. Ces marques sont respectueuses de ces idées et surfent sur une vague qui milite en faveur des produits bios, naturels et recyclés très en vogue outre-atlantique. Lorsque l'on parle de cuir végan ou vegan leather, on ne parle pas de cuir mais d'un article composé de matériaux recyclé (bouteilles plastiques, pneus réchappés). On peut ainsi dire que le mot cuir est usurpé dans un but commercial. Il semble que proposer des produits en matière synthétique à des prix plutôt élevés serait moins vendeur, l'image serait moins sophistiquée, et dans l'esprit du client le terme cuir est rassurant, concret, alors que le terme synthétique est abstrait, un mot "fourre-tout" et n'importe quoi. Chaussures en cuir végétal végan ok mais pour l'hiver. Choisissez  pour l'été les chaussures, les sacs et les ceintures en fibres végétales et caoutchouc naturel. Le mélange chanvre et coton est idéal pour les espadrilles, un produit hors mode et fort confortable.

Aujourd'hui vous êtes de plus en plus nombreux à modifier votre alimentation et votre vestiaire ; les offres s'affichent désormais dans les boutiques traditionnelles d'alimentation, des restaurants "végan" s'ouvrent dans les grands villes. En France la mode est en passe de suivre ce mouvement, et déjà des marques de chaussures et de vêtements répondent à une demande de plus en plus spécifiques.

"A SUIVRE

  ALTERNATIVE  POUR LES VEGANS "VERTS" : LES FIBRES VEGETALES, MINERALES, LES FIBRES INEXPLOITEES A DECOUVRIR, FAITES ENTRER LA NATURE DANS VOTRE DRESSING . 
.