degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

mercredi 20 juin 2012

ET SI DIMANCHE ON SE METTAIT SUR NOTRE TRENTE ET UN ?

EXPRESSION DE LUXE
Parfois on utilise des expressions popoulaires sans avoir conscience que leurs origines sont basées sur des bases concrétes  qui avec les années, voir les siècles sont totalement occultées. Alors si pour une raison ou une autre il vous faut sortir vêtue de vos plus beaux atours, vous vous mettrez sur votre trente et un. Bizarre, abstrait ce trente et un, s'agit il du dernier jour des mois impairs, d'un indicatif téléphonique, d'un jeu de carte, d'un tissu? Peut être tout peut être rien de tout cela. Mais si je devais choisir une seule de ces propositions, je ne vous étonnerai pas en sélectionnant la dernière.

LE COMPTE EST BON
Entre le XII et le XVI e siècle, on trouvait de nombreuses qualités de lainages. Les qualités différaient au niveau de la provenance des fibres, de la grosseur des fils et surtout du nombre de fils de chaîne. C'est sur ce dernier point que je vais détailler. Le client non initié ne juge pas la qualité d'un tissu en fonction du nombre de fils en chaîne, et pourtant c'est un point qu'il faudrait prendre en compte. Chacun ne se promène pas avec un compte fils dans sa poche, mais en ce qui concerne le linge de maison et surtout les draps de coton, vous trouverez des étiquettes précisant le nombre de fils au cm2  57,86... c'est un premier élément pour vous décider. Plus il y a de fils  plus le prix est élevé.
Donc au Moyen Age et à la Renaissance, les drapiers proposaient des draps de laine de qualité courante qui comportaient 14 ou 18  fois 100 fils en chaîne soit 1400 ou 1800. Pour les qualités supérieures, pour des lainages de luxe destinés à une clientèle aisée, la chaîne  était composée de 30 fois 100 fils soit 3000 fils sur toute la largueur de l'étoffe. Et voilà la trentaine de paquets de 100 fils qui donne son nom au tissu "le trentain". Le XXe siecle n'eu donc pas la primeur des lainages fins avec les  super 100, 150, 200 italiens.

LES HABITS D'HABITUDE.
Curieusement,  bien que la fabrication de ce tissu ait cessé au cours du XVIe siècle , l'expression perdure. C'est ainsi que  d'habitude en habitude, on continue à se mettre sur son trente et un.

ALORS SAMEDI SOIR ON S'ENDIMANCHE?
Jadis le dimanche, citadins, banlieusards, ou provinciaux tous  revêtaient leurs plus beaux atours, ceux réservés aux jours de congé, aux fêtes, aux mariages, aux enterrements, aux baptêmes...La tenue était propre sinon neuve. Après la messe, c'était le repas de famille, et il fallait faire bonne et belle figure. Hommes, femmes enfants, le monde se transformait. On troquait les vêtements de travail contre les vêtements du dimanche et  le costume noir, les chemises blanches, les belles robes...Parfois on

DEVINES QUI VIENT DINER CE SOIR
Le rapport avec le trente et un? C'est évident maintenant que vous êtes en possession de tous les éléments. Vous avez trouvé? Qui n'a jamais hésité sur une tenue, qui n'a jamais essayé dix vêtements avant de choisir le bon celui qui convient à l'occasion, celui qui fera de vous la vedette de la soirée, celui dans lequel vous vous sentez bien. Un dîner entre amis, c'est simple mais un invité inconnu, il faut lui faire bonne impression, s'habiller et non se saper ou se fringuer, et pour être parfaite vous vous mettrez sur votre trente et un.

LA SOLUTION
Oui  ! J'en était certaine. Evidement,  le trentain était un tissu de luxe,  destiné à la confection de vêtements d'apparat. Se mettre sur son trente et un est donc  une déformation  de  trentain, de mettre son habit fait en trentain. Bien que cette étoffe ait disparue, l'idée de luxe, est toujours véhiculée par cette l'expression populaire.
Je sais qu'il existe plusieurs hypothèses au sujet de cette expression, mais si j'ai privilégiée celle -ci c'est parce  que je la trouve particulièrement fiable et digne d'intérêt. Et puisque je ne suis pas tout à fait impartiale,  cette interprétation me permet de vous adresser un nouveau message textile. Je vous souhaite bonne lecture, bonne couture et bonne dégustation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire