degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

lundi 10 juin 2013

SPARADRAP QUEL DROLE DE MOT !

POURQUOI CE POST?
Ce ne sont  pas  les tissus, lin ou taffetas de soie premiers supports textiles du sparadrap,  qui m'ont incité à écrire ce post, quoique.. mais plutôt le mystère à propos de l'origine de ce petit bout de tissu stérile au drôle de nom.  C'est le hasard  qui m'a mis sur son chemin avec la lecture d' un article consacré à un certain Earle Dickson.  Je me suis rendue compte du peu de connaissances que j'avais au sujet d'un  produit qui fait partie de  mon quotidien ou presque. Tellement pratique, tellement efficace, tellement simple, présent dans toutes les armoires à pharmacie, on finit par ne plus y faire attention et pourtant il n'est pas né spontanément ce sparadrap. Il a fallut des siècles, des progrès techniques  et des hommes inventifs pour parvenir à ce résultat.


comme dans toute bonne armoire à pharmacie il y a les incontournables


 le seul problème demeure la couleur chair, car nous n'avons pas tous la même couleur de peau...!


"De gros marlous nègres aux cheveux laineux ornés d'emplâtres carrés, en rose taffetas gommé. Ces messieurs s'étaient disputés la veille dans la rue et le policeman noir lui avait donné sur le crâne quelques coups de sa massue de nuit, plombée."
Paul Morand in New-York, 1930, p. 238.

SPARADRAP QUEL DROLE DE MOT
L'étrangeté de ce mot et une liste  d'étoffes  tombées dans les oubliettes du progrès m'ont incité à poursuivre mes recherches : Taffetas d'Angleterre, toile Gauthier, taffetas gommé, toile de coton ou de fil tels furent les supports originels du sparadrap d'antan  

L'ETYMOLOGIE UNE AIDE PRECIEUSE
L'origine du mot sparadrap est incertaine mais il me semble tenir une piste des plus sérieuses.
L'étymologie  offre une  explication très judicieuse  du sens général de sparadrap.   
En vieux français on trouve  "drap esparé". Notez que l'on utilisait le mot drap  pour désigner un tissu en général, il n'avait pas le sens restrictif que nous lui connaissons.  Si l'on décortique le mot  il y a paré et es. Paré signifiait  garnir,( ce terme est encore utilisé dans le vocabulaire culinaire avec la même signification) Le préfixe es  (esparé)   modifie  légèrement le sens et  esparé signifie étaler. La source latine  vient confirmer ce sens  puisque  " spargere »  signifie répandre, verser.  


QU'EST QUE C'EST? OU PLUTOT QU'EST CE QUE C 'ETAIT?
"Une bande de fil, de coton ou de soie, enduite généralement sur une seule face d'une couche uniforme de masse emplastique ahdéhsive et souple.
Cette masse était déposée sur l'étoffe après fusion en employant deux procédés : à l'aide d'un couteau et dans ce cas il fallait tenir le tissu bien tendu et on déposait alors rapidement une ou deux couches d'emplâtre fondu ; l'autre technique consiste à utiliser un sparadrapier, instrument sur lequel la matière médicamenteuse fondue est versée entre les lames métalliques fixes qui laissent glisser au-dessous d'elles la toile que l'on tire régulièrement. Le sparadrap le plus utilisé est  celui à l'emplâtre diachylon gommé, qui sert surtout à réunir les bords des plaies faites avec section de la peau."
Telle est la définition  trouvée dans un dictionnaire de l'industrie de 1888.


Le sparadrap le  plus courant était à l'emplâtre diachylum gommé, particulièrement efficace pour réunir les bords des plaies faites avec section de la peau.
Le taffetas d'Angleterre était une bande de taffetas dont l'une des faces était enduire d'une solution de colle de poisson  que l'on utilisait comme pansement et pour aider à la cicatrisation des coupures.  
On trouvait également des sparadraps à la résine de thapsia, utililsée comme agent révulsif sous forme d'emplâtre
Le taffetas gommé était un tissu adhésif et imperméable. La partie gommée était obtenue par un mélange d'huile de lin, de gomme arabique et de litharge.(une des formes minérales naturelles de l'oxyde de plomb)
La  colophane, une colle résineuse que l'on trouve dans les résineux était parfois utilisée, mais elle provoquait des allergies. Le nom vient de Colophan, ville d'Asie Mineure d'où l'on extrayait cette résine qui était expédiée en Europe
Ainsi donc le sparadrap  était  un produit complexe, un pansement deux en un, à la fois adhésif et soignant grace à des préparations pharmaceutiques actives. 

Le but étant  premier étant de créer une barrière entre la plaie et le monde extérieur,  pour la protéger et d'aider à la cicatrisation des plaies.  


LES METAMORPHOSES DU SPARADRAP

Sa forme et ses fonctions varient  en même temps que  les avancées techniques et des découvertes médicales. Emplâtre  soignant adhésif,  bande textile adhésive, puis simple ruban en plastique adhérant. 
Je constate que le mot sparadrap  demeure un nom commun, parfois utilisé à tord mais ce n'est pas une marque comme Tricostéril, 3M, Urgo ou silkfix.

Il  se présente toujours sous forme de rouleau, parfois comme les adhésifs de bureau, il est vendu dans une sorte d'escargot en plastique qui permet de le couper facilement aux dimensions désirées. Pratique, rapide, fonctionnel voici ce que le patient attend de ce produit .



En 2013 et depuis longtemps déjà le mot sparadrap à perdu de sa consistance et sa substance. Il ne contient aucun produit pharmaceutique, il est simplement utilisé pour maintenir les compresses stériles qui protègent les plaies.



DE L'ART DE PANSER  
"Confronté à une nature hostile, soumis à des travaux dangereux, engagé dans des conflits militaires incessants, l'homme ne cessa de se  blesser (...) Inhérantes au genre humain, les plaies constituent probablement le plus ancien des problèmes chirurgicaux". Christian Regnier in L'art de panser.

UN VERITABLE PARCOURS DU COMBATTANT
Depuis l'Antiquité, l'homme a pris conscience qu'il devait protéger son corps sans réelles défenses naturelles  en utilisant  des  éléments extérieurs. Ainsi naquit le vêtement et le pansement. 
Les solutions étaient à la mesure de ses connaissances et de ses possibililtés techniques  
Les blessures, les éraflures, les morsures,  les plaies  sont fréquentes. La faute à qui? A la nature sauvage, aux animaux, aux intempéries qui mettent à l'épreuve le corps humain, lorsque ce n'est pas  l'homme lui- même qui se détruit par les guerres  ou les rixes. 
Le pansement devint à l'évidence indispensable. Il apparait dans l'histoire de l'humanité sous des  formes diverses ...  

SPARADRAP ET PANSEMENTS  

Les progrès de la médecine ont eu des conséquences sur l'art et la manière de panser et sur la formation du  personnel soignant
De fait on distingue désormais le sparadrap passif,  du pansement actif. 
Le sparadrap, de tissu médicalisé est devenu un simple ruban adhésif.  
Le pansement est un ensemble composé de compresses, de gaze ou de coton hydrophile et de produits médicamenteux, qui sera en contact avec la plaie et la peau. Il est  indépendant du mode de fixation qui peut être un bandage ou du sparadrap .

L'idée du sparadrap /pansement est vraiment ancrée dans notre mémoire, alors que depuis bien des années ces deux produits sont désormais distincts.


"[Corte] est en train de téléphoner. Il n'a plus de bandages, mais seulement un pansement de sparadrap (CamusCas intéress.,1955, 2etemps, 7etabl., p. 672).

.

DE FILS EN AIGUILLES  
Selon les régions du monde, l'homme utilisa ce qu'il avait à portée de main  et fit ce qu'il pouvait avec ses connaissances. Il tira partie de ce que la nature lui offrait, pour s'habiller se nourrir et se soigner. Les feuilles servait à protéger les plaies, les baies et les herbes aux propriétés  soit antiseptiques soit hémostatiques étaient posée sur les blessures pour calmer la douleur, éviter les infections...   
Aujourd'hui l'Amazonie est encore un  réservoir de  plantes médicinales utilisées au quotidien par les autochtones. Ils connaissent les vertus des plantes, ils savent où les trouver, ils les utilisent avec modération. 


En Amazonie, il est parfois périlleux d'aller chercher le bon remède, chez nous il suffit de traverser la rue et de se rendre dans une pharmacie...

Lors d'une rencontre avec un chef de tribus amazonienne, j'ai pu percevoir le désespoir de ces habitants qui  considèrent que les grands laboratoires pharmaceutiques viennent piller le trésor de cette partie du monde.  

Du végétal brut on passe ensuite au végétal transformé : de la tige au tissu. Les feuilles qui couvraient les plaies seront remplacées par des morceaux d'étoffe 

Des siècles durant les déchets de fibres, d'étoupes, ou parfois des chiffons seront utilisés pour panser les plaies.
 Jamais à court d'idée, l'homme utilisa la résine de certains arbres  en guise de colle pour améliorer d'adhérence des bandes qui maintenaient le pansement.

A  force de tâtonnements, d'expériences parfois négatives et dangereuses qui firent plus de mal que de bien aux blessés,  des solutions furent trouvées.    

Les avancées techniques et les progrès de la médecine seront à l'origine de la sophistication du sparadrap  : plus fin, plus imperméable, plus collant, plus aéré etc...






Nos ancêtres disposaient d'un arsenal médical déjà très complexe comme le  prouve un traité de médecine égyptien retrouvé sur des feuilles de papyrus, datant de plus de 4000 ans. Nous voila renseigner sur l'art et la manière de faire des pansements : le personnel médical confectionnait des compresses de lin  puis les imprégnaient de miel et de graisse afin de permettre une adhérence du pansement. La douceur de la mixture ne provoquant de fait aucun dommage, ni eczéma ni rougeurs sur la peau  autour de la plaie

Les grecs  et les romains  possédaient eux aussi une pharmacopée importante. L'usage du pansement était une problématique quotidienne que chaque civilisation essaya de résoudre à sa manière.

RENCONTRE ENRICHISSANTE

Si les voyages forment la jeunesse, les guerres sont propices aux échanges. Les croisades ne furent pas seulement un déferlement de violence, elles furent aussi un point de contact entre deux civilisations. La médecine orientale avait pris une belle avance sur les connaissances des occidentaux. Il arriva ce qui devait arriver : les échanges enrichirent les deux parties, surtout les occidentaux.

LE MOYEN-AGE PAS SI OBSCUR QUE CELA
En 1314 Henri de Mondeville. médecin  de Philippe le Bel se préoccupa de la manière d'améliorer l'efficacité des pansements. Ses recherches aboutirent à la fabrication de spéradru, une bande de tissu impregnée de substances médicamenteuses. Il émit une idée révolutionnaire pour l'époque : désinfecter les plaies et poser le pansement sur et non à l'intérieur de la plaie.
 Mais les idées nouvelles sont difficilement acceptée et ce n'est qu'au XIXe siècle que sa théorie sera mise en application.


LA COMPLEXITE DU PANSEMENT AU XIXE SIECLE

"Les pansements étaient compliqués et difficiles, la fixation des appareils et des linges par le sparadrap n'ayant pas encore été imaginée à cette époque"

 (HugoMisér.,t. 2, 1862, p. 595)


Le sparadrap  est toujours un ruban de tissu mais les produits utilisés pour lui conférer une meilleure adhérence sur la peau deviennent  plus sophistiqués et le matériel  se perfectionne. On applique une colle à base de poisson sur lequel on étale des onguents, à l'aide d'un appareil nommé sparadrapier. 


Jusqu'au XIXe siècle les emplâtres étaient fabriqués au fur et à mesure, à la demande, dans les centres de soins, les hopitaux ou dans les cabinets des médecins. Les onguents étaient composées de diverses produits pharmaceutiques 
La préparation était délicate, l'emplâtre devant tenir sur le support textile,  ne pas s'émietter,avoir la consistance parfaite qui permettait une bonne adhésion sans coller sur la plaie  pour activer la guérison.  
Les substances utilisées pouvaient parfois aggraver le mal ou bien causer des dégats sur la peau saine, de plus leur mise en place nécessitait de l'habileté de la part du médecin et du courage pour les blessés.

A partir du  XIXe siècle des recherches continuent, menées par des scientifiques, des médecins et des pharmaciens afin  de perfectionner les emplâtres,  de simplifier leur utilisation, d'améliorer leurs performances .



DES CHANGEMENTS PERCEPTIBLES  
La découverte du rôle des germes dans les infections va bouleverser un grand nombre d'idées reçues et entraîner un changement dans le traitement de la cicatrisation des plaies.


Des siècles durant les chirurgiens avaient pour habitude d'introduire des substances médicamenteuses à l'intérieur des plaies afin d'accéler la cicatrisation. C'est une erreur d'appréciation et de diagnostique qui subsistera jusqu'au 19 eme siècle qui  a été  fatale à  bien des malades.


En Angleterre à  Birmingham en 1880  le chirurgien Joseph Gamgee créa un pansement constitué de ouate et de gaze chirurgicale. La nouveauté réside dans le fait que ce type de pansement est absorbant et  antiseptique. Ce fut une avancée technique facilitant la cicatrisation des plaies. Il parait que dans la région on appelle toujours la ouate de coton Gamgee, en référence à ce célèbre chirurgien  

LE XXE SIECLE   ON N 'ARRETE PAS LE PROGRES 

Au XXe siècle les moyens techniques et les avancées dans le domaine médical permirent à une   production artisanale  de devenir  industrielle. La  diffusion du "sparadrap" s'en trouva facilité.

Au XXeme siècle le sparadrap n'est plus qu'un ruban adhésif, mais le support  a changé,  ce n'est plus un tissu de coton, de lin ou de soie mais un vinyle souple rendu adhésif par l'application d'un produit de synthèse et de surcroit devenu anallergique par la magie de la science.


OSCAR TROPLOWITZ, EARLE DICKSON, AUGUSTE LUMIERE ET LES AUTRES
La contribution  de ces hommes améliora la qualité soins médicaux, et de fait ils méritent qu'un hommage leur soit rendu  au moins dans ce post.

En Allemagne en 1910, les travaux sur les adhésifs médicaux permirent à Oscar Troplowitz, pharmacien de profession, de faire fabriquer industriellement les premiers pansements individuels adhésifs.



LA DESINFECTION, L'ANTISEPSIE 
La cicatrisation s'améliore grâce aux progrès de la médecine. Ces deux  découvertes révolutionnent les méthodes de soins et surtout la manière de panser.
La désinfection permet d'éliminer des micro-organismes sur des milieux inertes, alors que l'alors que l'antisepsie à pour but de détruire des micro organismes sur des tissus vivants.

AVANT LA GUERRE DE 14/18 
Le personnel de santé était bien démuni face à la demande. Ni formation ou incomplète ni médicaments efficaces. 
Jusqu'a la fin du XIXe siècle, le métier d'infirmière n'existait pas, l'ouverture de la première école date de la fin du XIXe siècle.
Le mot infirmière vient d'enfermer lui même composé du mot infirme, du latin in firmus = qui n'est pas ferme. Ce sont des bénévoles civiles et les membres d'ordres religieux qui durant des siècles s'occupèrent de donner des soins, et secondaient si nécessaire  les médecins

 PENDANT LA GUERRE
Le nombre de blessés du coté français est important dans la première année de l'affrontement. Les blessures sont fréquentes à la tête. L'explication est simple : l'uniforme des soldats comportait un képi, protection fort mince contre les obus et la mitraille. Ce n'est en 1915 que le casque remplaça le képi ( pour les uniformes en temps de guerre), et par la même occasion, le pantalon rouge garance,qui faisait de nos soldats de magnifique cible pour l'ennemi, fut remplacé par un uniforme bleu horizon...

Le personnel de santé était bien démuni face à la demande. Ni formation ou incomplète ni médicaments efficaces. 



En France  Auguste Lumière, inventeur  entre autre chose du cinéma, eut une grande capacité d'innovation. Ainsi il commercialise en 1915 via sa société Lumière, le tulle gras,  semi occlusif ,pansement stérile sans onguent.  L'usage de la gaze de coton participe largement à l'augmentation de l'efficacité du pansement.

Monsieur Lumière estimait que l'abus de poudre ou d'onguent provoquait des lésions comme l'eczéma sur la peau autour des plaies. Le pansement fabriqué par la société Lumière était non adhérant , il était maintenu sur la plaie à l'aide d'un bandage stérile. Cette innovation eu l'avantage de réduire  visiblement le temps de cicatrisation fut d'une grande utilité en ce temps de guerre car sur le front il fallait soigner les soldats blessés. 




APRES LA GUERRE
Avec l'avancée de la science, les découvertes comme celle de Pasteur, les techniques nouvelles, la médecine réclame une formation plus spécifiques et le personnel soignant doit être formé. La guerre de 14/18 va être à l'origine  de l'officialisation de ce métier. Un diplôme couronne désormais la fin des études
 et permet d'exercer cette profession


LE PANSEMENT INDIVIDUEL PRET A L'EMPLOI

En 1920 aux USA un certain Earle Dickson  met sur le marché le premier pansement  stérile individuel. Si Joséphine sa femme n'avait pas été aussi maladroite lorsqu'elle cuisinait, si elle ne se coupait pas régulièrement  les doigts en épluchant les légumes ou en découpant la viande, son mari ingénieur chez Johnson et Johnson n'aurait pas eu l'idée de fabriquer un pansement  plus facile à utiliser.
Le pansement prêt à panser était né. Jusque là pour protéger une plaie  il fallait procéder en deux étapes et le faire seul lorsque l'on s'était blessé n'était pas aisé.
D'abord poser une gaze stérile sur la la plaie puis couper un morceau de  ruban adhésif pour la maintenir en place .
Autre inconvénient était le manque de tenue : au bout de quelques minutes le pansement ne tenait plus sur la plaie. La gaze partait de son coté, le sparadrap restait collé sur la main et la poussière pénêtrait aisément dans la plaie mal protégée. Il en allait autrement lorsque c'est un médecin ou un membre du personnel médical qui faisait le pansement, mais pour un petit bobo il fallait se débrouiller  souvent d'une seule main. 
 L'idée novatrice de Dickson fut de faire fabriquer un article tout en un. Un bande de tissu enduite d'une matière adhésive avec en son centre un morceau de gaze stérile qui sera en contact avec la plaie. Simple ? Oui, mais il fallait y penser.
  Dans un premier temps, l'article se présentera sous forme de rouleau,  et il suffisait de couper la longueur de ruban nécessaire en fonction de la taille de la blessure et de l'appliquer sur le bobo. La plaie était protégée et   l'arrêt des activité n'était pas nécessaire.
D'abord fabriqués artisanalement il fallut industrialiser la production lorsque les ventes décollèrent. 
Comment Dickson réussit -il à faire connaitre son produit? Le marketing était la clé du succès. La société  fit don aux boys -scout de sa région d'un stock de pansements appelés band-aids. Le coup publicitaire fut payant. Les enfants firent connaître  cette nouveauté à leur famille et ainsi débuta le succès d'une invention due à  la maladresse d'une ménagère et à l'attention que lui portait son époux..

En 1924 les pansements étaient fabriqués en usine, en 1939 ils étaient stériles et en 1958 le support textile à l'origine en coton fut remplacé par le vinyle, plus résistant à l'eau.


 Là  j'ai bifurqué et  c'est vrai je me suis éloignée du véritable sparadrap. Sans doute parce qu'il n'existe plus dans la forme initiale c'est à dire tissu enduit d'onguent. Sa forme s'est simplifiée au maximum pour ne plus être que l'ombre de ce qu'il fut, un simple ruban adhésif, quasi invisible



 LES PANSEMENTS DANS TOUS LES ETATS
 Un grand nombre de marques de ruban adhésif  et du pansement inondent le marché de la parapharmacie,  la concurrence est rude. Chacun voulant innover dans ce domaine, on trouve des pansements prédécoupés, colorés, flous imprimés, transparents, anallergiques...

Le progrès  réalisés dans le domaine du pansement est une chose à laquelle nous devrions penser lorsque nous  saisissons d'un geste automatique un pansement dans la boite, et que la plaie se trouve rapidement et  efficacement protégée. 


UN PRODUIT UNIVERSEL AU XXI EME SIECLE

Cette bande de tissu ou de matière plastique est présentée sous des aspects différents. Le support peut être plus ou moins poreux, élastique, perforé ou non mais il y a toujours une face enduite d'une matière adhésive. La bande s'applique sur la peau par simple pression et sert à maintenir un pansement stérile.Qu'il se nomme  Sparadrap en France,  surgical tape aux USA, ou encore plaster  en Grande Bretagne,  quelle que soit sa présentation, l'idée demeure la même depuis des siècles, un ruban adhésif permettant de fixer sur la peau un pansement.

LE PANSEMENT AUJOURD'HUI
Ce produit sérieux, fut détourné par les publicitaires et c'est sur un ton humoristique que sont arrivées les premières publicités pour les pansements modernes
 Souvenez vous de celle d'Urgo. "il y a de l'Urgo dans l'air, il y a de l'air dans l'Urgo". C'est le début des pansements  respirants, et imperméables.
Ensuite les marques insistèrent sur le coté médical de l'article. Tricostéril fait passer dans son nom le message essentiel . L'idée de l'extensibilité  vient avec le terme utilisé tricot  et l'aspect médical sérieux avec stéril. D'ailleurs les pansements tout prêts sont désormais stériles.
Depuis les années 60 la société 3M est leader sur le marché des rubans adhésifs et  propose des produits innovants dans le domaine médical.
On peut ainsi  utiliser ces produits "nouvelle génération" sur les peaux délicates comme celles des enfants, ou sur  le visage 
Le sparadrap 3M™ Micropore™ non seulement adhère parfaitement à la peau, peut se repositionner,  il est hypoallergénique et  le retrait du ruban adhésif n'entraine aucune douleur  et ne laisse aucune marque sur la peau, même les plus sensibles.  C'est un "sparadrap" confortable,  la bande adhésive en sillicone est extensible, n'entrave pas les mouvements. Jen ai moi même fait l'expérience : un petit bobo au doigt, un pansement et j'ai continué à couper le tissu...et le pansement a tenu. Ceci n'est pas une publicité mais une constatation.



L'EVOLUTION DU SPARADRAP: DE PLUS EN PLUS FONCTIONNEL DE PLUS EN PLUS DISCRET DE PLUS EN PLUS EFFICACE
Ce qui a changé? Il est fin, hypoallergénique, c'est à dire qui minimise les réactions allergiques, perforé et quasiment invisible, il adhère à la peau par simple pression, il est utilisé par les particuliers comme par les professionnels et il est vendu dans les pharmacies ou les grandes surfaces.


LE RETOUR DU PANSEMENT ADHESIF AUX PRINCIPES ACTIFS 
A partir des années 1960,à la suite des résultats des travaux de Winter il résulte que les plaies protégées par un pansements occlusifs humides  cicatrisent plus rapidement que des plaies laissées à l'air libre. Les laboratoires pharmaceutiques vont  commercialiser dans un premier temps des pansements hydrocolloïdes dans les années 80, puis viendront les pansements hydrocellulaires mieux tolérés, puis les hydrogels pour les plaies trop sèches et les alginates et hydrofibres pour les plaies suintantes.

page2image760
Pour tous les bobos de l’anodin au compliqué, pour toutes les plaies , brûlures, éraflures, coupures, des pansements techniques, confortables, s’adaptant aux mouvements, ludiques (avec des motifs pour enfants) sont proposés, même quelquefois avec un principe actif comme l’Aloe Vera pour apaiser les ampoules, pour le bain un film imperméable. De nos jours le pansement est presque un médicament, il apaise, soigne, prévient et console.
 C'est un hommage à Earle Dickson le tout en un prêt à panser.
page2image920


DE LA DOUCEUR ET DE L' EFFICACITE
Aujourd'hui il existe des sparadraps hypoallergéniques  comme ceux proposés par la société silkafix. Le taffetas est tissé avec des fils d'acétate, le produit adhésif est   doux pour la peau, sans colophane 

LE SPARADRAP   DANS LA LITTERATURE ET LA BANDE DESSINEE

AMOUR ET SPARADRAP DE CHARLES EXBRAYAT,
TARTARIN DE TARASCON
"Le pharmacien Bézuquet lui confectionna une petite pharmacie portative bourrée de sparadrap, d'arnica, de camphre"(A. DaudetTartarin de T.,1872


TINTIN, LE CAPITAINE HADDOCK ET UN MORCEAU DE SPARADRAP ...
Hergé empoisonne la vie du capitaine Haddock dans L'affaire Tournesol comment? Avec un bout de sparadrap dont il aura bien du mal à se débarrasser . "bon voyage petit sparadrap!"
C'est le  célèbre syndrome du sparadrap du capitaine Haddock qui le suit tout au long de cet album.  En  même temps  cet épisode a donné au sparadrap un moment de gloire.


AVERTISSEMENT
Si cet article vous a intéressé voir passionné,  sachez qu'il s'agit d'un post informatif,  et que je vous recommande d'un user qu'avec modération, en aucun cas je ne préconise un usage intensif  de ce  produit. 
J'ai juste trouvé curieux que l'histoire d'un  objet de la vie quotidienne soit aussi méconnu. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire