degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

vendredi 6 décembre 2019

UN JOUR UN TISSU : LA MOIRE

MOIRE

Moire est la déformation du terme anglais « mohair » lui même issu du mot  arabe
"moiacar"ou "moacar" qui désignait des tissus en poils de chèvre. On retrouve dans le mot « hair » au sens de poil en allemand et en anglais. Moire  entre dans la langue française au XVIIe siècle avec le sens détoffe chatoyante sans préciser  la matière utilisée.
Le moirage est un apprêt spécial que l'on donne à certains tissus à gros grains serrés comme lottoman , la faille ou le gros de Tours,  afin de leur octroyer un aspect changeant et chatoyant. 
Leur surface est ondée au moyen d'une calandre qui écrase  partiellement le grain de la trame . La déformation de la surface  provoque sous l'effet de la  lumière des  surfaces planes  réfléchissantes. Les rayons lumineux  donnent suivant l'inclinaison de la surface du tissu, et la matière textile des reflets  plus ou moins métalliques.
Lorsque lapprêt est factice, cest à dire quil sagit dun motif imprimé sur un support textile lisse,  il peut soit sestomper soit disparaître au contact de leau.
C'est d'Angleterre que vient la méthode pour "moherer" nous dit Savary  Jusqu'en 1754 l'industrie du moirage des étoffes était une technique exclusivement anglaise.
Sous le règne de Louis XV la moire fait son apparition dans la décoration murale. C'est 1754, que le gouvernement fit des offres avantageuses à un fabricant  anglais: Jean Badger qui les accepta et s'installa à Lyon afin de mettre au point un procédé pour exécuter les étoffes moirées.  En contre partie il eut la jouissance de l'établissement nouvellement crée. La ville tira également un bénéfice de cette installation,  au niveau de sa réputation de ville soyeuse.
La moire antique ou moire anglaise
Elle était réalisée au moyen d'une forte masse de pierre dont le fond était formé de lourds plateaux pesant de 3 à 4 tonnes chacun , agissant sur une plate forme solidement ancrée dans le sol. Mais comme on peut l'imaginer, les proportions incroyables de cette machine entrainaient de nombreux inconvénients. Sur la demande  de plusieurs fabricants  Vaucansson  fut chargé  par le gouvernement d'améliorer cette invention  afin de faciliter son utilisation et ce fut la création de la calandre cylindrique dans la forme d'un  laminoir composée de deux cylindres métalliques creux et lourds, munis intérieurement d'une barre de fer rougie (remplacée au fur et à mesure de la déperdition de chaleur)  
La moire française
Vaucanssson, "mécanicien" de génie en utilisant ce  dispositif de cylindre métalliques ou laminoir pour produire une pression suffisante qui écrase le grain du tissu obtint un  résultat ne fut pas identique à celui produit par la machine Badger, le dessin de la moire de Vaucanson ressemblait plutôt aux cercles concentriques, ronds et doux qui se propagent à la surface de l'eau lorsqu'on y lance un caillou, ce motif deviendra la caractéristique de la moire française : on dit que la moire est française lorsqu'elle présente des effets réguliers, circulaires dont on a préparé le tracé avec les dents d'une règle avant de laminer les deux pièces cousues l'une sur l'autre, entre deux cylindres chauffés en opposition à la première moire de Badger dite moire antique. (qui sera ensuite obtenue par une presse hydraulique) dont le dessin est aigu, comme les sommets déchiquetés des alpes  
En ce qui concerne la moire antique on devait replier le tissu sur lui même et coudre les bords de manière à maintenir chaque trame superposée à elle même. La moire est antique lorsque les effets sont dus au hasard sous la pression d'une énorme calandre et que sur plusieurs pièces de tissu ainsi traitées, aucun dessin n'est semblable(nuages, lignes brisées, ondulations.) La moire française offre les mêmes effets : formes arrondies donne le nom de moire ronde (imitant le contour que l'on remarque sur la partie intérieure de troncs d'arbre)
Il faudra attendre le milieu du XIXe siècle pour que l'utilisation de plateaux à pression artificielle irrégulière permit une fabrication rationnelle C'est en 1854 que deux apprêteurs moireurs lyonnais les frères Vignet  aidés d'un mécanicien monsieur Barbet réalisèrent une machine dans laquelle les masses de pierre de la machine Badger et les cylindres de Vaucanson furent remplacés par des plateaux mobiles entre lesquels devaient être placés les rouleaux de tissu . Ces plateaux étaient destinés  à exercer sur les rouleaux à l'aide d'une vis une pression mécanique pouvant être augmente ou diminuée, au lieu d'une pression résultant de leur propre poids.
La moire musique
Le décor peut aussi être préparé pendant le tissage, par une suppression locale du parallélisme des trames obtenu par le peigne du métier dont les dents étaient mobiles. Le mouvement de chacune des dents était commandé par un cylindre gravé de motifs en relief (fleurs ou des dessins géométriques) ce qui entraine une déformation de la trame à chaque insertion de trame Ce procédé bien que donnant des résultats étonnants, et une richesse de décor inégalé par les nouvelles technologies, est aujourd'hui obsolète, car lent et ne s'appliquant qu'à une étoffe en petite largueur (0,70 m) il reste une démarche artisanale, que l'industrie ne peut prendre à son compte. C'est la similitude entre ce système de création d'une moire et celui d'une boite à musique qui a donné son nom à la moire musique
La moire galoche
Elle était obtenue par un ingénieux procédé d'enroulage. C'est aujourd'hui le nom générique qui désigne toutes les étoffes ayant subies ce traitement : soie mais aussi coton ou tout autre matière. On nomme aussi moirette un tissu léger à  reflets moirés.
Bien que le calandrage et le moirage s'obtiennent par des moyens similaires il est convient de différencier ces deux opérations :  le calandrage n'a d'autre but que de conférer une tension au tissu afin n'en aplanir sa surface alors que le moirage confère à un tissu uni originellement, des effets qui augmentent sont aspect décoratif.
Aujourd'hui bien que l'on continue à fabriquer des moires par calandrage, on peut très facilement "imprimer" le motif à l'aide de cylindres gravés de dessins imitant l'aspect d'une moire. Cela dit on peut se douter du subterfuge lorsqu'une moire présente une surface entièrement plate.


Parfois l'habit fait le moine, voir l'évêque et même le cardinal ... Qui ne pense pas à Richelieu peint par Philippe de Champaigne dans sa tenue d'apparat : robe de soie moirée rouge cardinal ? Le ruban des différents ordres de Chevalerie sont également en moire, ainsi que  lordre  national du mérite, en bleu céleste
  Au XVIIIe siècle, la moire était tendue sur les murs, recouvrait les lits. Sous l'Empire et la Restauration la moire fut largement   utilisée en ameublement.
Dans certains palais, les murs tendu de soie moirée et peinte, étaient à la mode au XVIII e_siècle. Ensuite, le tissu fut imprimé. Et le succès commercial aidant, les motifs  moirés furent appliqués au papier peint .
Dans notre conception moderne de la décoration, les tissus moirés restent toujours liés à  une décoration de style. Cependant, les effets superbes de la lumière en font de magnifiques rideaux : si ce sont des tissus synthétiques blancs, ils peuvent remplacer des voilages ; la lumière passe à travers irrégulièrement et 'effet est étonnant . Parfaitement adapté à un intérieur contemporain. Il ne faut pas systématiquement  se désintéresser de ce qui est beau sous prétexte que c'est  démodé,  trop connoté "style". A vous d'ouvrir  les possibilités, de proposer de nouvelles utilisations et de lancer une autre mode.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire