degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

mardi 9 décembre 2014

N°5 LE MOHAIR QU'EST CE QUE C'EST? UN BRIN DE LAINE D'EXCEPTION

MOIRE OU MOHAIR ? QUESTION D'EFFET !
Jusqu'au XVII eme siècle, le sens du mot moire ou mouaire demeure ambigu. En effet, il désigne une étoffe chatoyante sans plus de précisions. 

UN MOT ET DES IDENTITES MULTIPLES
Mouaire peut donc s'appliquer à un tissu en poil de chameau, de chèvre cachemire, de chèvre angora ou même aux soieries… 

LE MOUAIRE, UNE ETOFFE QUI SE DISTINGUE
Afin de simplifier leur commercialisation, la distinction était faite entre les mouaires les lisses et les calandrés. 
Quoi qu'il en soit, les étoffes obtenues à partir des poils de la chèvre angora et celles obtenues par l'écrasement des côtes ont en commun un effet de brillance. 
                                         
    Entre moire et mohair : une question d'effet

LES MOIRES ACQUIERENT LEUR AUTONOMIE
A partir du XVIIe siècle, en France, il est d'usage de désigner par moire et non plus mouaire, une catégorie spécifique d'étoffes dont la surface est rythmée par des "ondulations" qui font alterner des zones mates et brillantes. Cet effet est obtenu par l'écrasement des côtes de tissus similaires à l'ottoman. Attention, les ondulations risquent de disparaître au contact de l'eau. Précaution nécessaire : prévoir un nettoyage à sec.
Aujourd'hui, il est plus facile de trouver de fausses moires avec un motif "factice" imprimé sur une surface lisse.
Richelieu dans une robe en moire rouge, immortalisé par 
A LA MODE HIER, DEMODE AUJOURD'HUI
La moire a été des siècles durant une étoffe appréciée par l'aristocratie et les artistes peintres. Un vêtement en moire permettait au peintre de jouer pleinement avec les effets de lumière et de démontrer ainsi son habileté.  
Désormais la moire, comme beaucoup d'autres étoffes "historiques", n'est plus que le reflet d'une époque trop classique, le souvenir d'un luxe qui n'a plus sa place dans notre société. En un mot, la moire n'est plus tendance.

UNE AUTRE VIE POUR LA MOIRE
Mise au rencard par les uns, prisée par les autres, la moire à trouvé une issue de secours dans la reconstitution de costumes historiques pour le cinéma, le théâtre, l'opéra .
 La Haute Couture utilise la moire avec parcimonie certes, mais avec constance.

MOIRE-MOHAIR : UN AIR DE FAMILLE
Bien que jouant dans des équipes différentes, ces deux matières véhiculent une même idée, celle de l'opulence.
Si la clientèle se désintéresse de la moire, on note un regain pour le mohair, tissé ou tricoté.
Collection automne hiver 2014/2015

A LA CROISEE DES CHEMINS : LE MOHAIR DEVIENT UNE FIBRE A PART ENTIERE
A un moment, la séparation eut lieu entre le mohair et la moire et les mots pour le dire entrèrent dans la langue française.
Si le mot mohair est attesté en anglais depuis 1619, il fallut attendre 1860 pour qu'il entre dans la langue française et désigne la laine obtenue à partir de la toison de la chèvre angora.  

LE MOHAIR : UN POIL PROTECTEUR
Il s'agit d'une fibre animale dont l'indice adiathermique est très important. En clair, pour les néophytes, c'est un excellent isolant.
En ce qui concerne la chèvre angora, on peut considérer que sa toison possède toutes les propriétés inhérentes de la laine, avec en prime de petits plus.
- une protection contre le froid, la chaleur et l'humidité : le duvet proche de la peau crée une sorte de matelas rempli d'air isolant. L'animal peut ainsi maintenir sa température corporelle indépendamment du climat. 
- une protection contre l'humidité : la pluie glisse sur les poils soyeux. La laine absorbe l'humidité ambiante.
- une protection mécanique : la densité de sa toison, les ondulations des mèches la protègent contre la nature environnante (les ronces, les branchages).  
- un camouflage : jadis lorsqu'elle vivait à l'état sauvage sur les montagnes himalayennes, la blancheur de sa toison avait pour fonction d'écarter les prédateurs, dissimulant l'animal blanc dans la blancheur du paysage enneigé.

Toutes ces qualités se retrouvent naturellement dans les vêtements  en mohair. Le confort est une qualité que l'on associe volontiers à cette fibre légère et gonflante. Contrairement à une idée reçue, la laine est un matériau isotherme, aussi confortable en été qu'en hiver. Je ne vous incite pas à porter un gros pull en pleine chaleur ni un costume en laine froide par des températures polaires ; il suffit d'adapter le type de laine à la saison.

Chez les mammifères à poils ou à fourrure (moutons, chèvres, chameaux, ours, etc.), le système pileux joue un rôle essentiel pour leur survie. Certains animaux sauvages muent à l'arrivée du printemps, leur toison se modifie en fonction du climat. Chez les animaux domestiques, c'est la tonte qui fait la transition entre la tenue d'hiver et la tenue d'été. Chez l'homme ou plutôt la femme, c'est un tour dans les magasins qui annonce les changements de saison. Oui, nos défenses sont nos habits ; comme nos ancêtres, utilisons notre intelligence pour consommer avec discernement.

LE MOHAIR : UN BRIN DE LAINE TRES  COMPLEXE
Bien que la nature soit formidablement bien faite, l'homme ne cesse de vouloir l'imiter, voire la dépasser.  
- Le mohair est une fibre techniquement bien plus complexe qu'un fil de polyester alors que celui-ci est considéré comme une fibre "high-tech". 
- Le mohair possède un lustre naturel dû à sa constitution. 
- Le mohair emprisonne l'air créant ainsi une barrière entre votre peau et le vêtement, il vous préserve du froid et de la chaleur sainement. 
- Le mohair respire : le fil se gonfle et se rétracte en fonction de l'air ambiant ;
il se gorge de l'humidité dégagée par notre corps et lorsqu'il fait chaud, il rejette cette humidité vers l'extérieur.  
- Le mohair comme la plupart des laines, ne retient pas les odeurs. Ainsi, vous pourrez allez déjeuner dans un fast-food sans pour autant transporter avec vous les odeurs de frites toute la journée.

- Le mohair est facile à entretenir : en machine à laver programme laine ou lavage à la main, avec un shampoing ou une une lessive douce et un séchage à plat. Le risque de feutrage  est faible.

ET LE VETEMENT FUT

Si le corps de nos ancêtres fut "poilu", nous avons perdu, peu ou prou, cette protection. Les conséquences auraient pu être dramatiques car ce corps sans défense se trouva fort démuni face à une nature hostile. L'homme eut recours à son intelligence pour pallier cette lacune. Il inventa le feu, utilisa les peaux de bêtes à fourrure pour se couvrir, puis vint le filage, le tissage et le vêtement fut ! 

BON POUR LE MORAL
Qui n'eut pas un jour d'hiver sombre, humide et froid  envie de s'enrouler dans un plaid en mohair mousseux, léger, écossais de préférence ? Un pur plaisir, un instant de sérénité avec une tasse de thé devant des bûches crépitantes dans la cheminée... Belle journée à vous.

L'hiver arrive et le mohair annonce le bien être. 



La laine mohair permet de tricoter des articles légers, chauds, doux pour toute la famille.   

















CA VOUS CHATOUILLE OU CA VOUS GRATOUILLE ?
Le mohair est déconseillé chez certaines personnes. Le contact de la fibre sur la peau n'est pas en cause, comme cela peut l'être pour la laine cardée. C'est la particularité du fil qui est duveteux, ébouriffé. Ces barbes qui lui donnent ce gonflant si particulier peuvent être incommodantes, surtout lorsqu'il s'agit de tricot. Lorsqu'elles s'échappent du pull, si on le secoue par exemple, ils  viennent chatouiller les narines, provoquant des éternuements ou des démangeaisons oculaires. Pour les peaux les plus fragiles comme celles des enfants, le kid mohair est préférable, il est fin et  doux. Plus l'animal est vieux, plus la laine est épaisse.

DES COSTUMES EN MOHAIR ?



Mais oui, bien sûr ! Et n'imaginez pas une veste et un pantalon en tricot. Non, le fil mohair comme le cachemire ou la laine mérinos est tissé. En général, le fil est mélangé avec de la laine ou de la soie. Il s'agit de tissus de luxe, utilisé pour des costumes d'été. Ces étoffes sont à la fois solides, légères, adiathermiques.
En vente chez De Gilles
Une petite merveille et pourtant entièrement naturelle. Une fois encore, constatons que la nature est formidablement bien faite.


LES ANNEES 80 OU LE MOHAIR DANS TOUS SES ÉTATS.
Le mohair fut consommé sans modération dans les années 80. Des silhouettes pas toujours mises en valeur mais le confort primait.


Le confort avant tout  et le "do it yourself" ensuite
Le mohair en vedette dans les publicités


A la télévision. La surprise du dimanche soir :  de quelle couleur sera le pull en mohair d'Anne Sainclair?



En  couverture de magazine

Dans les pages de travaux manuels
Même les poupées ont droit à des modèles en mohair

La grande époque du cocooning va sonner l'heure de la revanche. Parce que l'on n'abandonne pas aussi aisément les belles choses, il revient le mohair. Il se fait plaid, cape, écharpes, il nous réconcilie presque avec l'écossais.

Maintenant que vous avez fait connaissance avec cette merveilleuse fibre, il ne vous reste plus qu'à profiter pleinement de ses bienfaits. Le mohair vous fera des soirées  chaleureuses et des matins doux et chauds.
 Et puisque l'hiver est là, plus une minute à perdre ! A vos aiguilles !
Un arrivage de pelotes de laine mohair Anny Blatt, Georges Picaud, Tiber, débarque chez De Gilles (3 euros la pelote de 50g). A vos machines, les tissus mohair à prix très très doux sont également dans les rayons chez De gilles.

FIN

1 commentaire:

  1. Merci pour toutes ces informations et ces clins d'oeil à la fin de l'article: 100IDEES qui fut mon magazine de prédilection jusqu'à sa disparation et Modes et Travaux actuellement pour les poupées!!!

    RépondreSupprimer