degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

mercredi 15 juin 2011

la mémoire de tissus dans tous les sens N°2


 Bonjour, aujourd'hui comme promis voici un autre volet de la découverte sensorielle des tissus
L'EXPERIENCE OLFACTIVE
L'odeur. Un tissu neuf ne sent guère que l'apprêt et peut piquer  les yeux, chatouiller les narine,  un tissu peut aussi sentir la poussière et  faire éternuer les personnes allergiques,  un tissu  peut aussi ne rien sentir, ne rien véhiculer, être neutre. Mais il est des fibres comme le jute qui sentiront éternellement la poussière et c'est justement un moyen de différencier le jute du chanvre.
L'odeur c'est aussi un moyen de distinguer la viscose, de la  laine, du polyamide. Approcher un   morceau de tissu en acétate près d'une flamme, le tissu brûle en dégageant une ôdeur acre vous  titille  les narines. C'est en fait l'acide acétique (vinaigre) qui picote.
La laine  comme la soie brûle en dégageant une ôdeur reconnaissable même si votre nez n'est pas aussi éduqué que celui d'un parfumeur  : celle de la corne ou de cheveux brulés, viande carbonisée.... Les ongles, les cheveux, la laine, la soie, le crin de cheval contiennent un ingrédient commun la kératine qui dégage cette odeur particulière.
 Le polyamide, nom savant du Nylon marque déposée , matière chimique s'il en est,  fond à l'approche de la flamme et le résidu couleur ambre sent le céleri. Attention n'approchez pas trop votre nez du tissu chaud, il peut se coller à la peau.
Ceci vaut pour l'expérience "scientifique" mais maintenant adressons nous à notre mémoire olfactive
Si je fait appel à mes souvenirs, je pense instantanément à l'odeur de la laine humide. Une promenade dans la campagne normande, nous partîmes sous le soleil, mais nous revinmes sous la pluie. Une pluie chaude d'été, et j'eu l'impression que mon cardigan en laine  avait absorbée toute l'eau du ciel, j'avais sur les épaules un poids étrange. Ce vêtement pris son temps pour sécher, et cette odeur particulière, persistance, de la laine humide   je la garde en mémoire, et chaque fois que je lave un pull en laine ce souvenir refait surface.  Mon odorat fait partie de ma mémoire textile. Je remonte à ma petite enfance, époque où mon doudou était sacré, son odeur surtout. Comme Linus, je trainais partout ce petit morceau de couverture,  qui me réconfortait parce que son odeur c'était celle de maman, celle de la maison, celle  qui était juste à moi. Et un jour maman par inadvertance mélangea mon petit bout de couverture  qui avait été rose   avec le linge à laver et mis le tout dans la machine... Plus rien ne fut comme avant, l'odeur du linge propre et fleuri avait tout effacé  Et pour vous quel est votre souvenir olfactif?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire