degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

mercredi 27 avril 2016

LOCAVORE/LOCAWEAR : VERS UNE CONSOMMATION INTELLIGENTE


Au Moyen Age, Hieronymus Bock, botaniste émérite écrivait :" il me semble qu'on pourrait produire des tissus à partir des plantes qui poussent chez nous, mais hélas ! Seuls sont appréciés les produits importés d'Arabie et d'Inde".

Il pensait probablement aux étoffes de soie. Les  prémices  de la mondialisation se faisaient déjà sentir, mais rares furent ceux qui s'en préoccupèrent
Aujourd'hui l'industrie textile est empêtrée, enchaînée pieds et poings liés aux sources d'approvisionnement  souvent lointaines et parfois incertaines.
Il ne s'agit pas de revenir au temps des cavernes,  je  pose simplement un regard bienveillant sur des richesses enfouies dans nos mémoires et dans la terre. 
Développer les énergies renouvelables ? Bravo , mais dans ce cas pourquoi délaisser l'industrialisation de certaines fibres végétales La sagesse voudrait que l'on utilise d'abord ce qui existe. Et si  on s'intéressait de plus près aux fibres naturelles locales. Avec les techniques nouvelles il est possible  de transformer en fibres textiles des matières premières naturelles et de les exploiter industriellement. Je pense bien sûr à la tourbe textile  et au chanvre. 
Laisser tomber la tourbe textile, un trésor qui dort dans les tourbières de   l'Europe du nord, aller acheter en Russie le chanvre qui pourrait être cultivé en France, traverser des milliers de kilomètres pour acheminer des fibres de l'ortie blanche alors que l'ortie verte pousse chez nous sans modération, c'est un énorme gâchis.
Les aficionados de la prévention de la nature, ceux qui luttent pour un monde plus vert, plus écologique, plus naturel  imaginent ils un instant que l'univers textile pourrait  être "plus verdoyant" moins chimique, moins polluant, moins allergisant.  La mondialisation et la modernité conduisent à l'uniformité. A n'en pas douter des alternatives plus écologiques existent,  il suffit de se donner la peine de les chercher.

MISE AU POINT
Il convient de faire la part des choses. Tout n'est pas aussi simple qu'il n'y parait, les bonnes fibres d'un côté et les mauvaises de l'autre. Les fibres chimiques  sont devenues indispensables. Notre quotidien ne pourrait pas s'en passer.  Il ne s'agit pas de jeter l'anathème sur l'une ou l'autre, il s'agit de faire le bon choix pour chacun d'entre nous. Les tissus  a base de fibres chimiques ou naturelles ont chacun des avantages et des inconvénients, des qualités et des défauts mais surtout des utilisations spécifiques. 

Les fibres textiles ne sont pas un danger potentiel pour notre santé, par contre c'est la manière dont elles sont "améliorées"  techniquement qui peut jouer les troubles fêtes  ; on utilise un terme technique pour ces traitement  c'est l'ennoblissement. Ce mot est trop beau pour être honnête.
Parer un tissu de qualités supplémentaires est considéré par les fabricant comme un atout , un avantage pour le consommateur. Cependant la poudre de perlin-pinpin qui rend un tissu  imperméable ou qui facilite son repassage (easy care) est généralement composée d'agents chimiques qui eux  peuvent être la cause de bien des désagréments, surtout pour les personnes souffrant d'allergies. 
L'important c'est de se connaître et de connaître les fibres qui constituent la base du vêtement afin de limiter les risques.
Ces  modifications chimiques s'appliquent plus souvent aux fibres naturelles qu'aux fibres chimiques. L'ennoblissement c'est l'équivalent des compléments alimentaires, ils sont utilisés pour doper les qualités intrinsèques des tissus, et pour simplifier la vie des consommateurs et augmenter les ventes.

A SUIVRE LES TISSUS A BASE DE TOURBE, DE CHANVRE, D'ORTIE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire