degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

mercredi 23 mai 2012

Duffelcoat, ou ou Duffle -coat deux propositions pour un vêtement

LES BALLADES DU DUFFLE

Du nom de la ville flamande Duffel dont l'orthographe fut modifié et qui devint Duffle.
On y fabriquait une étoffe  grossière, en laine cardée, grattée  sur les deux faces  dès le XVIIe siècle

Mais si le duffel trouve son origine dans les flandres, il fut fabriqué en Angleterre dès le XVIIIe siècle. Il devint le duffel- coat, vêtement chaud et fonctionnel  coupé dans cette laine épaisse et déperlante.

Vous le constaterez, le tissu est moins célèbre que le vêtement adopté par toutes les générations de l'après guerre. Aujourd'hui il ne demeure plus grand chose du tissu originel, par contre le mot  duffel -coat, formé de l'association du mot duffel tissu et du mot coat terme emprunté à l'ancien français cotte qui désigne un manteau en anglais. On retrouve le mot dans ridingcoat , redingote en français


LES MULTIPLES DESTINATIONS DU DUFFLE

D'abord destiné aux marins flamands : taillé dans  le duffle,  une serge grossière en laine cardée,  beige, chaud et imperméable(à peine dégraissé) foulé sur les deux faces, ce qui lui conférait un aspect laineux prononcé et un poids conséquent 
Il fut ensuite adopté après quelques transformations  par la marine britannique. 
Enfin il est devenu un vêtement civil unisexe international depuis les années 50


LES SPECIFICITES DU DUFFLE
 Les spécificités de ce vêtement étaient particulièrement adaptées à son utilisation
-Trois-quarts, car il fallait protéger le corps au maximum. Plus long le vêtement aurait pu gêner les mouvement
-avec un empiècement carré afin de protéger les marins au cas où ils devaient porter une charge lourde sur les épaules
-ample pour donner plus de liberté pour les mouvements
-muni d' une large capuche afin de permettre aux marins  par gros grain, de conserver leur couvre chef (casquettes, képi, béret...) sans être gêné
- navy blue : lorsque la marine anglaise fit couper ce manteau d'uniforme dans le grossier lainage,   il fut teint pour l'occasion en "Navy Blue"  
-un système de fermeture astucieux : des brandebourgs en corde et des boutons de bois,(d'olivier pour les plus beaux) de forme oblongue. Ainsi on évite les boutonnières et les marins n'ont pas besoin d'oter leurs gants pour ouvrir et fermer leur veste.
(dans les années 1960, quelquefois, lorsque les mamans le permettaient, les boutons pouvaient se transformer en sifflet.
-pendant la seconde guerre mondiale, la laine venant à manquer  certains de ces manteaux furent coupés dans un feutre de laine recyclée...(on y trouvait parfois encore des échardes de bois) ; le maréchal Montgomery, fut à l'origine du succès qui s'avérera mondial de ce vêtement militaire sobrement coupé,  en l'adoptant comme tenue favorite durant la guerre 39/45. 



LA QUILLE 
La Royal Navy avait vu grand, et après la guerre il restait un stock important de ces manteaux. Qu'a cela ne tienne, le rationnement tant alimentaire que vestimentaire qui sévit en Europe, eut tôt fait de liquider ce stock encombrant pour certains et bienvenu pour d'autres. Les distributions d'habits chauds furent un réconfort pour les populations civiles. On raconte que lors du mariage de la princesse Elisabeth avec le prince Philippe en 1947, les membres du gouvernement lui firent don de leurs bons textiles comme cadeau de mariage...Cadeau des plus "pratique" car la pénurie textile se faisait encore cruellement sentir quelques années après la fin des hostilités... Et la futur reine pu ainsi  arborer le jour dit une magnifique robe dont le modèle fit oublié aux sujets britanniques les difficultés de l'instant.

L'usage du "duffle coat" se " civilisa" après la guerre. Cocteau, prince des poètes se rendit à une représentation à l'Opéra, en smoking sous un duffel coat de laine blanche Il n'avait emprunté que la forme pas le fond. Le véritable tissu pour authentiques duffle coat est toujours uni sur l'endroit,  le fond est généralement caché par le "lainage" de la surface. On utilise quelque fois des double face pour les duffle coat  uni à l'endroit et à carreaux sur l'envers. La couleur traditionnelle est le bleu "marine", mais on le trouve aujourd'hui dans une gamme variée de couleur.
 De nombreux fabricants ont tenté de remettre le duffle coat à la mode ces dernières décennies, et tout en conservant la forme traditionnelle (des boutons de bois, poches plaquées, capuche) ils utilisent des tissus fantaisies certes, de toutes les couleurs mais aussi de toutes les qualités, et pas toujours imperméables

Manteaux de marins flamand, de marins britanniques, de militaires américains, puis de célébrités intellectuels, avant de devenir un élément incontournable de la mode "jeune" dans les années 1960. 
 Manteaux d'hommes (duffle-coats)   il fut adopté par les femmes et les enfants.  Il est plutôt masculin  bon chic bon genre dans son modèle de base, classique bleu marine,  mais il se féminisa  dans les versions fantaisies, verte rose ou jaune. Son parcours est similaire à celui du Barbour ou du Caban

LA MATIÈRE PREMIERE DU DUFFLE COAT

Cependant il ne faut pas oublier que le duffel (sans coat), est avant tout un tissu,qui peut-être utilisé pour tout type de vêtement chaud, confortable, solide et pratique alors en route pour un blouson en duffel, si vous trouvez du duffel.
Dans certaines boutiques spécialisées dans les vêtements vintages, vous trouverez si vous avez de la chance des duffle-coat des années 50/60, et ce qui est remarquable c'est leur bon état de conservation. La preuve qu'une bonne étoffe  c'est encore  et toujours essentiel dans ce domaine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire