degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

mardi 4 janvier 2011

la petite maison dans le bocage

Jolie rencontre. Elle cherchait un drap de laine  sur internet et moi je vendais du drap de laine sur internet. Et nous voila elle tapant sur le clavier et moi lisant son e mail.


Nous nous sommes tout de suite entendue comme de vieilles amies. Que la vie est étonnante et les belles rencontres sont de petits bonheurs qui donnent du piment à la vie. Ancienne élève d'Esmod, devenue femme de banquier, mère de famille, expat en Afrique une dizaine d'années, elle revint en Normandie, s'y installa avec toute sa tribu
 Tout le monde se mis au travail et une magnifique bâtisse familiale retrouva vie. Les enfants grandissent, le mari travaille en ville, et  devant sa machine à coudre  elle rève.. Mais à quoi revent les femmes qui vivent à la campagne? A la même chose que les femmes qui vivent en ville mais à l'envers. L'herbe est toujours plus verte de l'autre coté de la barrière.
 Les unes  subliment  la grande ville,  les jolies boutiques,  la boulangerie qui est juste en bas de l'immeuble, les théatres, mais elles ne veulent pas la bousculade du métro, le bruit des bus qui font trembler les carreaux de nos fenêtres, elles refusent l'isolement dans la foule, et les autres subliment le calme, l'espace,  la nature verdure, de la vie au rythme de la nature, du noir de la nuit, du bruit familier des oiseaux au lever du soleil, d'avoir le temps de prendre son temps.
Alors Valerie  se dit que sa  machine à coudre pouvait être le départ d'un challenge. Il y avait le luxe de la maison familiale, le calme, le temps, le savoir faire,  des voisines qui passent dire bonjour et prendre un bon café, des amies parisiennes qui passent le week end au vert et au calme. Tout cela pris du temps avant que l'idée ne se matérialise. Mais vint le jour où tout se mit à fonctionner, les rouages bien huilés, la clientèle amicale et familière, et bien sur le bouche à oreilles sans qui rien ne peut se faire. L'idée était d'inventer des vêtements pour ses amies, ses voisines, les copines de ses copines. Une idée dans une idée, parce que une boutique éphémère avec des "modelunick" en pleine campagne c'est un projet  autrement plus fou qu'une boutique traditionnelle en centre ville. Et voila que le salon se transforme le temps d'une collection en "magasin" Exit le divan, la télé et bonjour les portants, les jupes et les manteaux, salon d'essayage et miroir... La bonne humeur regne ici, l'odeur du café chaud, et des petits gateaux n'est pas fait pour éloigner les gourmandes, qu'importe, les vêtements sont fait sur mesure, c'est à dire à nos mesures, alors vive la vie et les menus plaisirs

Ici pas de chichi, on fait un break, on papote, on essais, on rigole, on ne se met pas au régime pour rentrer dans un pantalon super sexy, on trouve le modèlunick fait pour nous, on se trouve belle, et pas de vendeuse pour vous fourguer un rossignol. On se connaît on se fréquente, on se dit tout. Alors oui ici 
 c'est conviviale, on apporte sa bonne humeur et on repart habillée de neuf, pas de problème pour se garer, le terrain est immense, pas de soucis pour trouver sa tailles, on fait du sur mesure. 


Le ton est donné, les cours de couture également. Il restait à trouver les tissus, pour des modèles uniques évidement il fallait trouver des tissus uniques et voila comment la petite boutique dans le bocage à rencontré la petite boutique dans Paris.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire