degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

mardi 5 juin 2018

LES MOLAS DES KUNAS, UNE HISTOIRE DE FEMMES

VOYAGE PASSION
Evidemment j’aime les voyages et pour moi ils  sont souvent un prétexte à découvrir le secret des traditions textiles locales. Il n’était donc pas question de passer si près de l'archipel de San Blas, situé dans  la mer des caraïbes,  à proximité de la côte du Panama et de la côte colombienne, sans faire un  post sur les molas, ces pièces de textile savamment colorées, éléments incontournables des parures du costume  traditionnel des indiennes kunas.


UNE HISTOIRE DE FEMMES
Le mola  c'est l'union de l’imagination, de la tradition et de la technique. Un savoir -faire  transmis de mere en fille chez les tulés   groupe ethnique  dont les origines remontent aux Mayas. Les tulés ou kunas   perpetuent le régime matriarcal.  Le terme Kuna n'est que le nom donné à ce peuple par les étrangers.
Les molas sont la prolongation des peintures corporelles ancestrales. Avant l'arrivée des 
occidentaux catholiques  au XVIe siècle et des protestants au XVIIe siècle en Amerique centrale, les femmes tulés décoraient leurs corps de peintures  aux lignes géométriques en utilisant les colorants naturels locaux.
Les molas étaient  un des  éléments de la tenue vestimentaire traditionnelle des femmes kunas apparu au XIXe siècle.  Aujourd'hui  les molas   sont les éléments essentiels  d'un commerce  lucratif qui s'adresse aux touristes.  Même si quelques hommes commencent à créer des molas, ce sont les femmes qui assurent majoritairement leur fabrication et la vente ; ce sont elles que l’on retrouve sur les marchés artisanaux, vêtues de leur costume traditionnel, mais un grand nombre de boutiques de souvenirs proposent des molas plus ou moins élaborés. Il serait dommageable que la demande de plus en plus importante   anéantisse la qualité de ces articles, et que tout cela finisse par une production industrielle.
 J'ai rencontré sur une des iles de l'archipel, un homme qui crée et qui vend des molas,  un artiste qui signe toutes ses œuvres, et qui à le mérite de les accompagner d'explications très intéressantes. ... mais  il a refusé d'être photographié.  Sur sept ou huit femmes qui exposaient leurs productions il était le seul homme.
 
une femme Kuna qui vend sa production sur un marché artisanal de Panama city



ETYMOLOGIE
Mola signifie dans la langue kuna «plumage de l’oiseau ».

QU'EST CE QU'UN MOLA?
 Il s’agit d’une pièce d’étoffe, jadis en coton (aujourd'hui il faut être attentif à la qualité du support), utilisé en plastron et en dossard, cousue sur des chemises,   devant et dans le dos. Réalisée avec une technique complexe dite l’appliqué inversé, la technique du quilting à l’envers. Les motifs des molas sont obtenus en retranchant des parties dans chacune des épaisseurs de deux pour les plus simples jusqu'à six ou sept pour les plus élaborées).
Cette création textile en 3 D est constituée de plusieurs couches de tissus superposées de couleurs vives et contrastées. Le noir, le rouge foncé et l’orange sont des réminiscences des colorants naturels utilisés jadis pour les peintures corporelles.
Les différentes épaisseurs   sont  d’abord assemblées par des coutures plus ou moins discrètes avec un fil de la couleur du tissu. Parfois, les coutures sont plus élaborées considéré comme un élément de décor. Le dessin nait des de l’agilité manuelle des artisans illustrant l’imaginaire traditionnel des  kunas.


les poissons un motif très fréquent dans les molas modernes


Chaque épaisseur de tissu est ensuite découpée à l’aide de ciseaux faisant apparaître des motifs géométriques, abstraits  ou figuratifs. 

un travail qui réclame  de  la patience et de l'habileté


LES MOLAS : UN MOYEN D’EXPRESSION CAMOUFLE
A l’origine, c’est–à-dire avant la conquête espagnole, les indiennes tulé ornaient leur corps de peintures. Les colons incitèrent ou  plûtot obligèrent les indigènes à masquer leur nudité en couvrant leur corps  de vêtements.  De fat les messages véhiculés par les peintures furent alors transposés sur un support textile. Ainsi naquit le mola des kunas. A cause, ou peut être grâce, aux colons, le langage éphémère des peintures corporelles s’est transformé en une expression durable.


le costume traditionnel : jupe mi longue, jambiere et bracelets en perles de couleurs et la blouse ornée d'un mola que l'on ne voit pas sur cette  photo...!


A SUIVRE


Aucun commentaire:

Publier un commentaire