degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

vendredi 31 janvier 2014

BLOG/CONSO N°2 QUELS TISSUS POUR S'HABILLER VEGAN?


QUELLE ALTERNATIVE POUR LES VEGANS "VERTS"?
Pour tous ceux et celles qui vivent en harmonie avec la philosophie végane mais qui ne supportent pas le contact des fibres chimiques sur leur peau, qui pour des raisons médicales (allergies, rougeurs) ne peuvent porter de vêtements en fibres chimiques, qui ne trouvent pas dans ces articles le confort qu'elles attendent,  ou bien qui ne souhaitent pas participer à  la pollution de l'environnement du fait des différentes phases de transformation du produit d'origine ( bois, pétrole, charbon..) en produit textile,  il  existe une alternative  : ce sont les fibres végétales largement présentent dans le commerce, et minérales plus rares et plus onéreuses (or, argent, cuivre).
L'été optez pour  les espadrilles, semelles en chanvre et dessus en coton, et pourquoi pas les sabots en bois, de plus en plus légers et tendance pour les citadins.

Une autre possibilité :  les tissus ethniques généralement des fabrication artisanales qui sont souvent de éritables trésors.
A Madagascar un artisanat textile se développe depuis quelques années qui utilise  en chaine des fils de coton et en trame  des racines de vetiver,
En Birmanie  il faut compter avec les fameux tissus du lac Inlé en Birmanie obtenus avec les fibres de lotus, au Pérou il y a toujours et encore  les cotons bio.

FAIRE ENTRER LA NATURE DANS VOTRE DRESSING
 Les étoffes en  fibres naturelles  ne vont pas à l'encontre des convictions des végans. Ce régime vestimentaire mérite non seulement une  attention  particulière mais dans l'idéal il devrait être varié  dans les formes, les couleurs et dans le choix des matières. Toute une garde- robe en fibres  synthétiques ou artificielles cela manque de fantaisie  et s'habiller peut devenir ennuyeux. Je comprends que la facilité guide parfois le  choix des consommateurs,  et puisque l'industrie  qui produit des fibres chimiques  n'utilise ni laine, ni soie, ni cuir  en un mot pas de risque de se tromper dans la selection des articles, vêtements ou accessoires proposés. Mais d'un autre coté, cette industrie est très polluante alors si vos convictions vous entrainent vers une diminution de la  pollution environnementale pourquoi ne pas vous tourner aussi vers les produits textiles comme le coton le lin  ou le chanvre ? Cependant il faut être conscient que les fibres végétales non issues de l'agriculture biologiques ne sont pas sans répercussions sur la pollution des eaux, de l'air, et sur la santé des ouvriers qui  travaillent dans   les champs de coton, puisque  pour accroitre le rendement il faut utiliser des défoliants et quantité d' engrais chimiques. Donc à moins de vivre nu, notre vestiaire textile aura un impact sur l'environnement, mais on peut imaginer qu'en faisant des choix intelligents les répercussions négatives seront minimisées. Le choix est contraignant, mais le choix existe.

UNE PROPOSITION HONNETE
Vous ne trouvez pas ce qui vous plait dans le commerce, rien ne vous va dans le prêt à porter "vegan" alors  mettez vous ou renouer avec la couture plaisir. Sinon  cherchez quelqu'un dans votre entourage qui pourrait faire vos vêtements. Ensuite il vous restes à choisir  le modèle et le tissu en adéquation avec votre engagement et à votre gout.

LE BIO PEUT ETRE,  MAIS PAS LES YEUX FERMES
Le bio n'est pas la panacée il faut être attentif, et lire entre les lignes des étiquettes. Exit les produits contenant du E 124, exit le cuir végétal même avec un tannage naturel, exit les mélanges laine/lin, coton /soie....etc

MISER SUR LES  TECHNIQUES ANCESTRALES
Commençons par les articles imperméables. Une toile de coton, un peu d'huile de lin et voila un coton huilé, qui vous protégera des intempéries. La marque Barbour,  propose depuis longtemps des vêtements de protection (pluie, vent)  en coton huilé. La gamme s'élargie  à chaque collection, pour homme, femme, enfant avec une jolie palette de couleurs pour les vestes, les blousons, les trois-quart, ou encore les gabardines
Si vous voulez confectionner votre vêtement,  De Gilles Tissus vous propose des cotons huilés. Si vous voulez imperméabiliser un vêtement  il est possible de le faire avec un produit  en aérosol ou avec de "l'huile de coude" et  de l'huile  de lin ou bien vous pouvez acheter de la cire prévue à cet effet dans les boutiques Barbour ou la commander sur le net.. La marche à suivre est largement expliquée sur les sites internet. N'oubliez pas une bonne doublure en coton gratté, ou pilou et vous voilà à l'abri des frimas.

LE COTON GRATTE POUR L'HIVER
On imagine le coton réservé aux périodes chaudes,   sachez qu'un coton gratté celui qui est utilisé pour fabriquer des" sweat" est tout à fait adapté à l'hiver.  Pour doubler un manteau utilisez du molleton de coton placé entre le tissu extérieur et la doublure, chaleur assurée. Les fibres entremêlées vont conserver la chaleur, former une sorte de barrière entre l'extérieur et vous.

LES TOILES DE COTON POUR L'ETE
C'est  l'occasion de porter à même la peau, en sous vêtement par exemple des articles en coton. Les chaussettes, les nuisettes, les slips, les soutien gorge en coton sont indiscutablement plus confortables et plus hygièniques que les articles en microfibres ou seconde peau, car il est possible de les laver à l'eau chaude voir de les faire bouillir ce qui est fortement déconseiller avec les fibres chimiques.
Ce n'est pas parce qu'il faut surveiller la composition des étoffes qu'il faut passer outre sur votre confort.

UNE FIBRES MAGIQUE ET NATURELLE : LE CHANVRE
Pour vous messieurs et pour vous mesdames n'oubliez pas cette fibre magique qu'est le chanvre. Pas de pollution des sols, pas d'engrais ou de pesticides et surtout une étoffe qui se porte été comme hiver, avec autant de bonheur. Le chanvre est une matière isotherme, qui n'engendre aucune allergie. C'est idéal pour les chemises, vestes, pantalons... C'est sans interdits, alors à essayer dès que possible

LE SABRA UNE "SOIE" VEGETALE
Dans un autre registre  voici un produit peu banal, une soie végétale venue du Maroc : le sabra. C'est avec les fibres contenues dans les feuilles de l'aloe vera que les artisans marocains tissent de magnifiques étoffes, qu'ils teignent avec des colorants issus du monde végétal et minéral.  Pour des vêtements habillés, féstifs, élégants, soyeux,  c'est vraiment une fibre qui permet des tissages décoratifs  pour donner de l'éclat, de la couleur et un peu de naturel dans les  appartements (rideaux, coussins, plaids...)

DES FIBRES A REDECOUVRIR
PENSEZ A LA RAMIE
Une fibre végétale, sorte d'ortie, qui ressemble au lin. Le tissage de  cette fibre donne  un tissu plus ferme que le lin, plus brillant et souvent plus fin . C'est une petite merveille pour l'été. Vous la trouverez le plus souvent  en maille (t-shirt)  mélangée ou pas avec du coton et plus rare mais  si vous la chance de trouver des chemises, des pantalons ou des robes, n'hésitez pas c'est vraiment une belle matière. Le lin est frais l'été, la ramie est froide c'est pourquoi  la ramie tout comme le lin peut être utilisée pour les draps ou les taies d'oreiller.  La ramie est une fibre qui réclame beaucoup de travail pour la transformer en fil,  la mode ne la mentionne quasiment pas,  sa vente est confidentielle,   ce qui  explique que son prix soit plus élevé que celui du lin ou du coton

LA TOURBE
La tourbe est la grande oubliée de notre société.. Cette matière est extraite d'un charbon naturel : la tourbe. Les tourbières sont nombreuses dans le monde en Europe on les trouve essentiellement  en Irlande,  dans les pays scandinaves. Les autochtones s'en servent de combustible comme nous nous servons du bois ou du charbon. Mais ce produit est à usage multiple, on peut extraire de certaines tourbes des fibres qui sont suffisamment longues pour être filées et ensuite mélangées à du coton on peut obtenir des textiles très étonnants et bourrés de qualités
 Longtemps elles furent utilisées pour leur capacité à absorber l'humidité ambiante donc la transpiration humaine, mais aussi pour leur pouvoir isolant très important. Jusque dans les années 1930 les hommes portaient des ceintures de santé en flanelle ( mi laine mi tourbe ou mi coton mi tourbe). La tourbe textile se mélange  au coton, au lin, au chanvre, permettant d' améliorer le pouvoir calorifique des fibres végétales. Une autre qualité que possède la tourbe c'est de capter les odeurs. Il semblerait qu'en Finlande on utilise encore cette fibre dans le domaine textile. Aujourd'hui son potentiel n'est pas exploité à sa juste valeur. Seule l'industrie papetière l'utilise en quantité.


DES FIBRES ANECDOTIQUES

LA FIBRE DE LOTUS
Vous aimez le toucher du lin , la rusticité de la bourette de soie alors le tissu en fibre de lotus, venu du lac Inlé en Birmanie est fait pour vous.

LE SASAWASHI
Les japonais sont très fort dans le domaine des textiles naturels et dans la fabrication du papier contrairement à ce que l'on peut croire, en voyant toutes ces étoffes techniquement très élaborées qui sont fabriquées au pays du soleil levant.
J'aime l'idée de ce tissus fabriqué avec l'herbe des ours, ou kumazasa une sorte de bambou nain qui pousse sur l'ile d'Hokkaido ; son nom suffit à faire voyager il s'agit du  sasawashi.
Pourquoi l'herbe des ours? Parce que avant l'hiver, avant leur hibernation les ours vont se gaver de cette herbe, qui va leur permettre de passer ces quelques mois tranquillement grâce aux propriétés anti-bactériennes, anti allergiques  de cette plante. Mais quel rapport entre les ours et le tissu?
Simple, les fibres du kumazasa sont  transforméesf en une "nappe" de papier(washi) qui sera découpées en fines et longues lamelles qui seront twistées avec un fil de  coton, de lin ou de chanvre et le résultat est une étoffe solide, originale, naturelle, lavable, et qui conserve toutes les propriétés du kumasaza, contrairement au tissu dit "bambou" qui ne possède plus aucune des qualités intrinsèque du végétal puisque la fibre à subit une série d'opérations chimiques avant d'être transformée en fil, puis en tissu.
La fabrication du sasawashi  n'entraine ni déforestation (le kumazasa pour très rapidement, sans aucun angrais) et il n'entre aucun produit chimiques dans la fabrication de cette étoffe. Toutes ces qualité en font un tissu qui est adapté pour les serviettes de toilette, les chaussettes et les vêtements.


LES TISSUS A MEMOIRE DE FORME
A employer avec modération.Pourquoi,  modérer votre engouement pour ces tissus? Pour deux raisons, la première est le poids et la seconde c'est le prix. Mais pour les curieux, c'est vraiment étonnant.
Ces étoffes sont fabriquées avec des fils de coton et de métal, c'est le métal qui permet de former, de déformer, de donner un mouvement à un vêtement, puis de l'annuler, on gomme, ou  plus exactement on repasse et on recommence autre chose ; c'est un peu le principe de la pâte à modeler,  amusant, et qui se plaindrait  de faire de la mode un jeu?
Il existe des tissus métal/coton ou lin plus légers, plus souples presque fluides qui ne transformerons pas votre veste en armure. Un fil de coton ou de lin en chaîne et fil de métal en trame. et le tour est joué C'est permis pour le régime vestimentaire végan. En robe, manteau, gilets ou accessoires ceinture ou sacs....l'effet est assuré et l'originalité en prime.


DES IDEES POUR L'ETE
Les fortes chaleurs n'incitent pas vraiment à porter des articles en fibres chimiques. Les fibres végétales sont plus adaptée à ce moment de l'année pour constituer votre garde- robe. Testez le lin, mais aussi la ramie et le chanvre. Le surseecker, un coton et polyester qui ne se froisse pas, qui se lave en machine, c'est super. L'organdi, un coton apprêté léger et fin qui à une tenue exceptionnelle pour des vêtements très structurés.

PEUT ON FAIRE UNE EXCEPTION AVEC UNE SOIE QUI NE MALTRAITE PAS LES ANIMAUX ? OUI SI  J'EN CROIS SINGER NON SI  J'EN CROIS  REGAN
Connaissez vous la soie sauvage? Rien  à voir avec la soie naturelle, les chenilles Antheraea vivent à l'état sauvage, elles ne sont pas nourries par l'homme, elles ne sont pas élevées par l'homme.  Elles vivent leur vie sans avoir besoin de la présence de l'homme, se nourrissent des feuilles de chênes , la chenille se fait chrysalide puis papillons. Le cocon est percé par l'animal  qui sérète un produit qui dissout la fibre de soie dont est fabriqué le cocon, lorsque le papillon est fin prêt à s'envoller.  Ces cocons  abondonnés par les animaux sont ramassés au pieds des chênes nourriciers et  puisqu'ils sont percés ils ne peuvent pas donner un fil continu et régulier comme ceux des bombyx du mûrier . Le tissage de ces fils discontinus et moins fins donne des étoffes moins brillantes avec une surface "accidentée". Les articles ainsi réalisés sont plus rustiques, mais la soie sauvage possède les qualités intrinsèques de la soie. Il ne faut pas confondre douppion de soie,  et soie sauvage autrement appelée tussor  ou tassar en Indes. Si ce tissu s'est développé en Inde alors qu'en Chine et au Japon  ce sont des élevages de bombyx du mori qui sont  plus importants, c'est parce que des religions comme le Jaïnisme et le bouddhisme prônent la non violence ce qui implique le respect aussi des animaux. Les vaches sacrées en sont peut être l'exemple le plus célèbre. Ce sont donc avec des préceptes religieux qui ne sont pas éloignés des règles de vie du véganisme que le tissage de soie sauvage c'est développé dans cette région du monde.  
Ainsi donc si la vie de ces animaux n'est pas mise en cause, que la liberté est au bout de leur métamorphose  peut être vous est il permis d'utiliser cette étoffe si vous faites partie des réformistes, et que vous vous sentiez plus en adéquation avec l'approche philosophique de Peter Singer qu'avec l'approche abolitionniste de Tom Regan et Gary Francione.

Cette liste n'est pas exhaustive, mais elle vous permettra de piocher en fonction des saisons et des occasion, dans l'univers textile plus  varié qu'il n'y parait.









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire